Footgate: le parquet veut poursuivre 57 personnes en justice
D1A

Footgate: le parquet veut poursuivre 57 personnes en justice

Tout le football belge est en train de trembler.

Une bombe vient d'exploser dans le paysage footballistique belge. Trois ans après l'éclatement du Footgate en Belgique, le parquet fédéral a annoncé poursuivre 57 personnes en justice. Parmi les personnes appelées à comparaitre devant la justice, on retrouve plusieurs personnes très influentes du football belge comme le président du Club Bruges Bart Verhaeghe, le manager des Blauw & Zwart Vincent Mannaert, le manager de La Gantoise Michel Louwagie, le président du Standard Bruno Venanzi, mais aussi Mehdi Bayat (administrateur délégué de Charleroi) et Matthias Leterme (manager de Courtrai).

D'anciens dirigeants comme Patrick Janssens (Gand), François De Keersmaeker et Steven Maertens (Union belge) sont également soupçonnés. Tout comme les deux anciens arbitres, Sébastien Delferière et Bart Vertenten contre qui le parquet détiendrait des preuves de corruption.

D'autres dirigeants et membres de staff de clubs belges sont également poursuivis pour corruption dont Herman Van Holsbeeck, Ivan Leko, Glen De Boeck, Peter Maes ou encore l'entraîneur des gardiens des Diables rouges, Erwin Lemmens.

Les 57 personnes poursuivies ont un lien de près ou de loin avec les pratiques des deux agents du football belge: Mogi Bayat et Dejan Veljkovic. Le premier cité fait partie de la liste des 57 personnes soupçonnées. Il est poursuivi pour faux en écriture lors de différents transferts. Veljkovic, quant à lui, jouit de son statut de repenti (le premier dans l'histoire de la justice belge) et n'est pas poursuivi.

À côté de ces 57 personnes que le parquet souhaite poursuivre, plusieurs dizaines de personnes sont poursuivies fiscalement. Les joueurs et membres de staff qui ont touché une partie de leur salaire en noir via des montages douteux recevront un redressement fiscal.

Il ne s'agit ici que de la première étape du volet judiciaire de l'affaire. Le 27 janvier prochain, le dossier passera devant la Chambre d'accusation.