Mesures renforcées dans les écoles: "On en revient sans le dire à la notion de bulles"
Jusqu’à Noël, les groupes classes vont éviter de se croiser trop souvent dans les locaux: un nouveau casse-tête organisationnel en préparation pour les directions. Crédits: annanahabed - stock.adobe.com
article abonné offert
Belgique

Mesures renforcées dans les écoles: "On en revient sans le dire à la notion de bulles"

CODECO | Fermeture des salles de profs, limitation des contacts entre classes ou encore suppression de festivités liées à la Saint-Nicolas: la ministre de l’Éducation Caroline Désir a concerté les acteurs de l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles sur une série de mesures dans la foulée du dernier comité de concertation de ce vendredi 26 novembre.

Comme cela avait été le cas déjà lors du dernier comité de concertation, le codeco de ce vendredi a décidé d’octroyer aux différentes communautés du pays une certaine liberté dans l’établissement de mesures visant à endiguer la propagation du virus au sein des écoles.

" Mais si nous voulons que nos écoles n’aillent pas dans le mur, il faudra que les ministres concernés prennent des mesures dès lundi", a toutefois intimé le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, lors de la conférence de presse détaillant les mesures ponctuelles arrêtées pour les autres secteurs de notre société.

Limiter au maximum les contacts

Réunis en concertation vendredi après-midi, la ministre francophone de l’Éducation Caroline Désir et les différents acteurs de l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles ont arrêté une série de mesures, dont le principal objectif est de limiter au maximum les contacts entre groupes de personnes au sein des écoles, et ce dès lundi jusqu’au 24 décembre.

"On en revient sans le dire à la notion de bulles, mais il est nécessaire que l’école participe à l’effort", observe Roland Lahaye (CSC-Enseignement), lequel se montre "mitigé".

On en revient sans le dire à la notion de bulles, mais il est nécessaire que l’école participe à l’effort.

Ainsi, à partir de cette semaine et jusqu’aux vacances de Noël donc, les salles de professeurs devraient rester fermées, les réunions entre adultes (conseils de classe, réunions de parents, etc.) devront se tenir si possible en distanciel, les festivités de fin d’années (Saint-Nicolas, Noël, etc.) seront annulées, tout comme les activités extra muros (et ce jusqu’à Carnaval pour celles comportant des nuitées).

Une réunion samedi avec les ministres de l’Enseignement des autres communautés, puis avec les ministres de la Santé, adaptera en outre les conditions de mise en quarantaine, ainsi que les procédés de tracing et de testing.

Une circulaire reprenant l’ensemble des nouvelles mesures une fois celles-ci confirmées sera ensuite envoyée vers les écoles.

Éviter les fermetures

S’il reconnaît que de telles mesures "sont fortes", que "l’école souffre" et risque d’être "marquée pour les années futures", Roland Lahaye se montre tout de même satisfait d’avoir "évité l’hybridation, la fermeture de certains locaux (NDLR: comme les cantines, qui seront prioritaires dans la campagne de ventilation des écoles), voire des écoles elles-mêmes."

Du côté du SeGEC, Étienne Michel dit "prendre acte des nouvelles mesures. Nous espérons que l’épidémie restera suffisamment contenue pour que les écoles restent organisables en évitant un trop grand nombre d’enseignants absents et des fermetures de classes trop massives."

Toujours pas de masque en primaire

Par contre, et comme cela avait déjà été décidé lors du précédent comité de concertation, la Fédération Wallonie-Bruxelles maintient sa position de pas rendre obligatoire le port du masque au sein de ses écoles primaires pour les écoliers âgés de 10 ans et plus.