Marchés de Noël: "Les policiers ne peuvent pas contrôler? Alors, annulez!" lâche Elio Di Rupo
Le ministre-président wallon Elio Di Rupo attend déjà de chacun une application «correcte et loyale» des mesures prises au Codeco, avant d’en convoquer un autre sur-le-champ. (Photo by Didier Lebrun/PhotonewsCrédits: Photo News
article abonné offert
Belgique

Marchés de Noël: "Les policiers ne peuvent pas contrôler? Alors, annulez!" lâche Elio Di Rupo

Ce n’est pas l’esprit de Noël qui plane sur la séance plénière du Parlement wallon ce mercredi après-midi. Ce sont les mesures prises par le dernier Codeco: insuffisantes pour garantir des fêtes de fin d’année sereines, selon le cdH et potentiellement à géométrie variable selon le MR. Elio Di Rupo renvoie tout le monde à sa copie (Code-copie, même).

Le dernier Comité de concertation date du 17 novembre. Les mesures prises ne semblent pas suffisantes, notamment pour la gouverneure de Flandre orientale Carina Van Cauter (Open VLD): elle a décidé d’annuler tous les événements non professionnels sur son territoire jusqu’au 6 décembre.

Les gouverneurs francophones se réunissent aussi cet après-midi pour envisager eux aussi d’aller éventuellement plus loin que ce que le Codeco a arrêté.

À la tribune du Parlement wallon, le chef de groupe cdH François Desquesnes s’alarme: "Face à la flambée épidémique, il est plus que temps de réunir un Codeco pour éviter que cette 4e vague devienne catastrophique".

 

«Uniformiser les décisions»

 

Le député de l’opposition est rejoint par la MR Jacqueline Galant. Qui ne remet pas en question les mesures prises lors du dernier Codeco. "Mais je crains qu’on ne puisse uniformiser les mesures, en ce qui concerne les fêtes de fin d’année, marchés de Noël et fêtes privées", explique la députée-bourgmestre de Jurbise, s’adressant à Elio Di Rupo.

"On s’est réuni avec le gouverneur du Hainaut mardi. Rien n’a pu être dégagé. J’en appelle à votre fonction de ministre-président. Les citoyens ne s’y retrouvent plus et les bourgmestres sont confrontés directement à cette situation. Comment uniformiser pour mieux faire comprendre les décisions?"

 

Jupiter et Cie

 

Elio Di Rupo a lui-même du mal à comprendre les deux interventions. Il entame sa brève réponse par un proverbe qu’il a déjà eu l’occasion de citer ces derniers mois: "Jupiter rend fous ceux qu’il veut perdre…"

Sur ce, il renvoie tout le monde au site fédéral, qu’il ne va pas jusqu’à épeler, mais on n’en est pas loin: "C’est Belgium. be! Vous y trouverez toutes les décisions du Codeco." Le ministre-président wallon rappelle qu’on y trouvera aussi ce qui est applicable aux marchés de Noël: "Le CST (Covid Safe Ticket) et le contrôle obligatoires. Si on n’est pas en mesure de mettre cette décision en œuvre, alors il faut supprimer l’activité."

Codeco toujours: masque obligatoire en intérieur et en extérieur "sauf quand on boit et quand on mange, puisqu’il faut tout dire", glisse Elio Di Rupo, un rien énervé. "On demande à la ministre de l’Intérieur et aux bourgmestres de faire respecter les décisions prises par le Codeco. Avant de se précipiter, qu’on applique déjà correctement et loyalement les mesures qui sont prises", tranche-t-il.

Avant de préciser que les priorités du moment au gouvernement wallon, "c’est la 3e dose (vaccinale) et les contrôles".

 

«C’était ça, la question?»

 

François Desquesnes revient à la charge. Selon le député cdH, Elio Di Rupo ne prend "la juste mesure" de la crise. "Dans quelques heures, on va voter le décret CST adapté au Codeco, dont les mesures vont déjà être dépassées par les faits!"

Il insiste: sans convocation rapide d’un nouveau Codeco, "la flambée épidémique nous empêchera de passer sereinement les fêtes de fin d’année".

Quant à la députée de la majorité Jacqueline Galant, c’est surtout la potentielle impuissance de la police à contrôler des débordements toujours possibles sur les marchés de Noël qu’elle met en avant. "Sur les marchés de Noël, on boit et on mange." Autrement dit, on vire le masque la plupart du temps. Et on picole sans doute plus que de raison.

"Que voulez-vous?", lui renvoie vivement Elio Di Rupo. "Vous avez des policiers, vous êtes dans le conseil de police. Ils vous disent qu’ils ne pourront pas contrôler? Vous annulez! C’était ça, la question?"

"Non, je souhaite une décision identique pour l’ensemble des provinces", redit-elle humblement.

Pour rappel, les gouverneurs peuvent en effet décider de se montrer plus restrictifs que le fédéral. D’où la posture adoptée par la gouverneur de Flandre orientale.