Avenue Golenvaux à Namur: au lieu de 10€, la RTBF payera 50 000€ par an
La Province de Namur possède une partie des locaux occupés par la RTBF. Elle les louait quasiment pour rien. Le loyer a été augmenté.Crédits: ÉdA – 501716845913
article abonné offert
Namur

Avenue Golenvaux à Namur: au lieu de 10€, la RTBF payera 50 000€ par an

La RTBF et la Province de Namur se sont mises d’accord à propos de l’occupation de bâtiments provinciaux, avenue Golenvaux.

La Province de Namur a vendu une série de bâtiments dans le centre-ville de la capitale wallonne, installant parallèlement une bonne partie de ses fonctionnaires dans une «cité administrative» flambant neuve, à Salzinnes. Le sort de l’un des biens immobiliers d’une institution en pleine réforme était plus délicat. Il s’agit d’une partie des locaux de la RTBF, à l’avenue Golenvaux. Que le média public occupe depuis des dizaines d’années, pour un loyer symbolique. La convention entre les deux parties arrivant à terme, la question s’est posée: on fait quoi à cet endroit, alors que l’on se serre la ceinture ailleurs?

 

 

Le gouvernement provincial (majorité MR-cdH-Défi), à un moment, pensait vendre. Libre à la RTBF d’acheter si elle le désirait. D’autant plus que cette dernière possède un immeuble jouxtant le bâtiment provincial, et que les deux ont été reliés, par l’intérieur.

Jusqu’en 2027

Mais voilà, réflexion faite et à l’issue de négociations, il n’est plus question de vendre, pour l’instant en tout cas. Ce mercredi, un avenant à la convention a été signé. C’est ce qu’explique un communiqué commun de la Province et de la RTBF. «Il proroge la mise à disposition pour une durée de 9 ans. Il vise d’une part à rééquilibrer la redevance annuelle à 49 920€ par an au lieu des 10€ fixés précédemment et d’autre part, il affirme l’intention de vendre les biens immeubles dont les parties sont propriétaires, de manière conjointe, afin de présenter une unité immobilière unique, cohérente et attractive sur le marché de l’immobilier. Cette vente ne pouvant cependant intervenir au plus tôt en 2027». Tout sera donc un jour vendu en bloc, la partie RTBF et la partie provinciale d’un même complexe médiatique.

«Rééquilibrage», disent les deux parties, tout en parlant d’un futur «quartier digital» à Namur. Ah bon? Mais dans un premier temps, 10€ par an de loyer alors que l’on a supprimé nombre de services provinciaux pour réaliser des économies, ça ne pouvait plus durer.