Quelle solution pour vos voyages lointains?
Certains pays hors UE n’acceptent toujours pas les voyageurs belges. Crédits: BELGA
article abonné offert
Belgique

Quelle solution pour vos voyages lointains?

Les personnes qui ont réservé un voyage hors Europe avant la crise subissent des reports en cascade. On fait le point.

Stéphanie (prénom d’emprunt) avait le projet de partir au Vietnam avec son père en mars 2020. La crise du Covid en a décidé autrement: il y a un an et demi, de nombreuses régions du monde finissent par se confiner. «Nous avions réservé ce voyage dans une agence à Liège. Nous devions partir le 15 mars, j’ai été prévenue de l’annulation la veille.» S’ensuit alors une flopée de reports: d’abord en novembre 2020, puis en mars 2021. «Le dernier report, c’était novembre 2021. Sauf qu’hier, le Club Med nous a contactés pour nous dire que le voyage était définitivement annulé.» Le Vietnam a rouvert ses portes aux étrangers mais de manière partielle, les Belges n’étant pas encore autorisés à y séjourner .

Aujourd’hui, Stéphanie a heureusement la possibilité de se faire rembourser ou de choisir une nouvelle destination.

Mauvaises surprises?

Mais qu’en est-il des autres voyageurs qui, comme elle, ont opté pour une destination lointaine, en dehors des frontières de l’Union européenne?

Les Belges qui n’ont pas pu partir en vacances, y compris hors UE, ont en principe reçu un voucher coronavirus.

L’arrêté ministériel du 19 mars 2020 autorisait en effet un organisateur de voyages (tour-opérateur, agent de voyages, etc.) à délivrer à son client un bon à valoir équivalent au montant payé pour le voyage à forfait annulé. La mesure était d’application du 20 mars au 19 juin 2020. «Ce bon était valable un an. Le client pouvait ensuite réclamer le remboursement de son voyage un an après l’émission de son bon. À partir de là, l’opérateur a six mois pour le rembourser. Actuellement, on est donc dans cette période de remboursement. Ceux-ci doivent avoir lieu entre octobre et décembre 2021», détaille Anne-Sophie Snyers, secrétaire générale de l’Union professionnelle des agences de voyages (UPAV). En tant que client, il est donc temps de vous manifester.

Notons que ce système de bon à valoir ne s’arrêtait pas à la date de juin 2020, en cas de réservation antérieure à la crise. «Si vous aviez réservé un voyage en janvier 2020 pour juillet 2020, il y a aussi eu émission d’un bon à valoir à partir du moment où le voyage a été annulé entre mars et juin 2020.» A priori, il n’y a donc pas de mauvaise surprise en vue.

La donne se complique pour les personnes qui ont réservé un voyage lointain après le 19 juin. «Réserver après le lockdown… c’était ambitieux. La politique en place dépend de chaque opérateur qui choisit de rembourser le client ou de proposer des bons à valoir par exemple. Tout dépend des destinations aussi : on sait notamment que l’Australie, ce ne sera pas avant 2022. En Asie, certains pays rouvrent leurs portes, d’autres pas. C’est très variable.»