Chute d’un capot et décès involontaire
Les faits se sont déroulés à Gilly, non loin du Gazomètre.Crédits: Google Street Viewi
Charleroi

Chute d’un capot et décès involontaire

Walid, 23 ans, jure qu’il ne voulait pas blesser ni tuer Zakaria, son ami, quand il a donné un coup de volant.

Personne ne s’attendait, le 8 mars 2019, à être témoin d’un drame. Et pourtant, ce soir-là, Zakaria, 19 ans, a été grièvement blessé. Il est décédé peu de temps. En quelques secondes, tout a basculé. Au départ, Walid et Zakaria se trouvent dans la Mazda du premier cité à discuter de tout et de rien, sans alcool et sans drogues. Juste une simple soirée où deux amis dialoguent sur le parking derrière l’agence bpost de Gilly… À l’époque, Walid a 21 ans et a obtenu son permis de conduire depuis sept mois.

La suite est tragique: Zakaria monte sur le capot de la voiture de Walid, qui doit se rendre à la gare pour aller chercher un ami. La victime lance un défi totalement stupide à un autre copain, également posé sur la carrosserie. «Le premier qui saute, c’est une p***». Walid enclenche la première puis la seconde vitesse pour faire descendre les deux amis. Le premier saute rapidement de la voiture en marche, pas Zakaria. Après un coup de volant à gauche, il chute lourdement au sol.

Emmené en milieu hospitalier, Zakaria est mal en point. Il souffre d’un traumatisme crânien et son pronostic vital est engagé. Malheureusement, le jeune homme succombe à ses blessures six jours plus tard, le 14 mars.

Ces tragiques faits ont fait basculer deux familles dans l’horreur en une poignée de secondes. Ce mercredi matin, Walid a comparu devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Le prévenu est poursuivi pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. «Je n’avais pas l’intention de lui donner un coup. Je voulais simplement qu’il descende de la voiture, pas qu’il soit blessé et qu’il meure», explique-t-il, avec sang-froid malgré ses remords.

Le parquet estime toutefois qu’il a bien voulu donner un coup à Zakaria lorsqu’il a tourné le volant, en confirmant que Walid ne souhaitait évidemment pas la mort de son ami. Une peine de 4 ans de prison, avec un sursis simple compte tenu du contexte particulier de la scène et de l’absence d’antécédent judiciaire, a été requise contre le prévenu.

Me Tanguy Luambua, à la défense pour Me Ureel, plaide une requalification des faits en homicide involontaire et une suspension simple du prononcé. Jugement le 13 octobre prochain.