Chaudfontaine: une employée communale soupçonnée de détournements
Chaudfontaine

Chaudfontaine: une employée communale soupçonnée de détournements

La commune réclame une somme qui avoisine les 65 000 euros à son ancienne employée.

Une sexagénaire est poursuivie devant le tribunal correctionnel de Liège car elle est soupçonnée, lors de son emploi au service de la population de la commune de Chaudftontaine d’avoir détourné des sommes d’argent en liquide versées par les habitants.

Selon la commune, cette dame employée au service de la population aurait détourné 64 571 euros entre les années 2006 et 2015. C’est lors d’une absence pour maladie de la dame que des différences entre les montants dans la caisse et les montants effectivement reçus ont été découvertes. A son retour, de maladie, en octobre 2014, la commune, qui avait des doutes, lui a retiré sa fonction. Mais alors qu’elle savait qu’elle ne devait plus s’occuper de recevoir les sommes en liquide, à trois reprises, elle a été surprise alors qu’elle était en train de manipuler cette caisse. La commune a tendu une sorte de piège à son employée. Le tableau a été vérifié et la commune a découvert que le 5 novembre 2014, une ligne avait disparu. En effet, une somme de 1 142,5 euros avait été introduite dans le tableau avant d’en être supprimée. L’employée a reconnu qu’elle avait conservé l’enveloppe et le reçu lié à cette ligne. Elle a aussi expliqué qu’elle possédait aussi deux autres enveloppes qui dataient de plusieurs mois auparavant.

Selon la commune et le Ministère public, elle a reçu des enveloppes, émis des reçus, introduit la ligne dans la comptabilité Excel en présence de la personne qui venait déposer l’argent, puis ensuite détruit le reçu et supprimé la ligne avant d’empocher les sommes en liquide. La collègue qui va la remplacer dans la gestion de cette caisse a expliqué que la suspecte lui avait dit de ne pas comptabiliser les sommes, de prendre l’enveloppe et ne rien faire d’autre en attendant son retour. Lors des débats, il est apparu que la commune avait détruit bon nombre de documents “pour faire de la place.”

Le ministère public s’est dit en accord avec la commune, mais pour un détournement d’une somme de 33 000 euros. Le substitut qui a requis une peine de dix mois de prison sans s’opposer au sursis pour cette dame qui n’a pas d’antécédent judiciaire s’est dit également “effrayé par la manière dont la commune conserve ses archives et gère sa comptabilité.” La prévenue a totalement nié les faits mis à sa charge. “On a trouvé des discordances, mais qui ne sont pas nécessairement dues à des détournements”, a expliqué la sexagénaire. “Mon tableau Excel était accessible à tout le service. D’autres personnes auraient pu recevoir de l’argent. Chacun faisait un peu à sa manière. A mon avis, la comptabilité communale est une comptabilité complexe et je pense, vu le nombre de personnes différentes qui se sont succédé à la comptabilisation de ces dépôts bancaires, qu’il est possible que le problème vienne de là. Je ne suis pas comptable.”

L’avocat de la prévenue a estimé que vu la destruction de certaines pièces par la commune, sa cliente était dans l’impossibilité de prouver son innocence. Il a estimé que rien ne démontre qu’elle a bien détourné de l’argent et que d’autres personnes auraient pu recevoir l’argent. L’avocat a également plaidé le sursis.

Sarah Rasujew