Piqûre dans les bus, chez le généraliste et… à l’église: Bruxelles prie pour que la décentralisation de la vaccination fonctionne
Une vaccination sera mise en place «dans une grande église de Molenbeek» lors de ce week-end des 7 et 8 août. Crédits: ÉdA – Julien RENSONNET
CORONAVIRUS

Piqûre dans les bus, chez le généraliste et… à l’église: Bruxelles prie pour que la décentralisation de la vaccination fonctionne

Face à la désertion progressive des centres de vaccination, Bruxelles doit revoir sa stratégie vaccinale. Mise en place depuis la fin du printemps, la décentralisation doit prendre sa vitesse de croisière cet automne.

Avec «à peu près» 12.000 injections en 1re dose la semaine dernière, le rythme de vaccination continue de diminuer à Bruxelles. C’est notable dans certains centres, où effectivement «ce sont surtout les premières doses qui baissent», souligne Inge Neven, responsable du Service de l’Inspection d’Hygiène de la Cocom. L’experte compte «entre 8.000 et 10.000» 1res doses dans les installations régionales du 27 juillet au 2 août, «le reste étant injecté via les équipes mobiles».

Ce 2 août 2021, Bruxelles compte ainsi 1.206.622 injections au total pour 529.502 personnes complètement vaccinées, à 2 doses ou via le vaccin unidose. 677.120 1res injections ont été administrées. Il manque encore près de 82.000 doses pour atteindre les 70% de taux de vaccination, objectif désormais fixé à septembre.

Piqûre dans les bus, chez le généraliste et… à l’église: Bruxelles prie pour que la décentralisation de la vaccination fonctionne
Les 1res doses diminuent dans les centres de vaccination bruxellois. Photo: Cocom

Le Heysel ferme

Les actions centralisées marquent donc tout doucement le pas. On sait que le centre du Heysel fermera le 10 août alors que ce sont ces installations du pied de l’Atomium qui ont le mieux carburé jusqu’ici. La 250.000e dose y a été offerte ce lundi 2 août. Le mois d’août marquera donc le transfert progressif des énergies vers les actions décentralisées, d’autant que seuls 4 centres resteront ouverts en septembre.

Bruxelles compte désormais sur ses généralistes. «Mais leur apport reste modeste aujourd’hui avec 130 seringues par semaine», modère Neven. Autre pilier stratégique: les 5 bus mobiles. «Ils marchent bien, ils font du volume». Ils vaccineront les administrations, les entreprises, les clubs de sport ou de loisirs et, on le sait depuis ce mardi 3 août, les universités et hautes écoles. Plus original, «on vaccinera dès ce week-end dans une grande église de Molenbeek», annonce la responsable hygiène de l’institution bicommunautaire.

Piqûre dans les bus, chez le généraliste et… à l’église: Bruxelles prie pour que la décentralisation de la vaccination fonctionne
Ce graphique montre l’importance combinée des stratégies de vaccination décentralisée à Bruxelles: centres «pop-up» (bleu clair), équipes mobiles pour public précaire (bleu foncé), antennes locales (orange), bus (gris). En jaune, le total bruxellois de toutes ces actions cumulées, à près de 25.000 injections. Photo: Cocom

La Cocom prie donc que cette stratégie, qui atteint désormais 25.000 injections cumulées, lui permette de convaincre les 18-44 ans, désormais cœur de cible de la campagne vaccinale bruxelloise.