Euro 2020: les quatre adversaires des Diables rouges les plus probables
Qui se dressera sur la route des Diables rouges dimanche à Séville en huitièmes de finale de l’Euro?Crédits: Photo News
article abonné offert
Diables rouges

Euro 2020: les quatre adversaires des Diables rouges les plus probables

La Belgique connaîtra son adversaire ce mercredi soir. On récapitule les possibilités.

Seuls deux groupes doivent encore livrer leur verdict lors de cet Euro, et les choses se précisent pour les Diables depuis que la Croatie a domine l’Ecosse ce mardi soir, renvoyant à un pourcentage bien faible leurs chances de croiser la Suisse, deuxième du groupe A, en huitième de finale.

Voici les quatre adversaires que nous avons le plus de chance de croiser, par ordre de probabilité (sportive, donc subjective, et pas mathématique).

 

1.Le Portugal

 

Si les quatre meilleurs troisièmes sont issus des groupes ACDF, la probabilité est grande de croiser l’équipe de Cristiano Ronaldo. Il faudrait donc combiner deux données:

- primo, que le troisième du groupe E, celui de l’Espagne, ne finisse pas parmi les meilleures troisièmes. Ce sera par exemple le cas si l’Espagne bat la Slovaquie et que la Pologne ne bat pas la Suède. Tout à fait envisageable.

- secundo, que le Portugal finisse troisième, donc, après un nul ou une défaite de moins de quatre buts d’écart contre la France, conjugué(e) à une victoire de l’Allemagne, chez elle, contre la Hongrie. Rien d’impossible non plus. Le résultat sera identique en cas de nul du Portugal contre la France conjugué à un nul de l’Allemagne face à la Hongrie: les troupes de Joachim Low finiraient alors devant le Portugal aux confrontations particulières.

 

2.La Suède

 

Pour jouer face aux Scandinaves, il faudrait cette fois que les quatre meilleurs troisièmes soient issus des groupes ADEF ou ACDE. Pour cela, deux scénarios différents sont cette fois possibles:

- Scénario 1: que l’Espagne l’emporte contre la Slovaquie, toujours, pendant que la Pologne triomphe de la Suède. L’Espagne finirait alors en tête avec 5 points cependant que la Pologne devancerait la Suède aux confrontations particulières, la renvoyant à la troisième place, malgré ses 4 points. Il faudrait, dans le même temps, que le Portugal ne soit pas trop sévèrement défait par la France, ou qu’il... batte les Bleus, ce qui permettrait de «repêcher» le troisième du groupe F (le Portugal, donc).

- Scénario 2: que le troisième du groupe de la France ne soit pas parmi les meilleurs troisièmes. Pour cela, il faudrait donc une victoire des Bleus par plus de trois buts d’écart contre le Portugal, si bien que la Seleçao resterait à quai, au profit de l’Ukraine (groupe C). Dans le même temps, de la même façon que dans le scénario 1, la Suède devrait finir troisième du groupe E.

 

3.La France

 

C’est la crainte de tout un peuple accusé depuis trois ans de seum exacerbé. Mais c’est chose tout à fait possible. Si les meilleurs troisièmes sont issus des groupesACDF (pour cela, et comme expliqué plus haut, il faut simplement que l’Espagne batte la Slovaquie et que la Pologne ne batte pas la Suède), c’est le troisième du groupe F qu’affrontera la Belgique. Pour qu’il s’agisse de la France, il faudrait simplement que le Portugal batte les Bleus pendant que l’Allemagne se défait de la Hongrie (un nul serait insuffisant). Un scénario catastrophe qui n’a rien d’un film de science-fiction.

 

4.L’Espagne

 

Il faut à nouveau, cette fois, que les meilleurs troisièmes proviennent des groupes ADEF ou ACDE. Et que l’Espagne signe un troisième match nul d’affilée contre la Slovaquie cependant que la Pologne ne l’emporte pas contre la Suède. Au vu de l’état de forme de la Roja, on... ne jurerait pas que cela ne peut pas se produire.

Euro 2020: les quatre adversaires des Diables rouges les plus probables
Les cas de figure. Photo: -

 

Les autres possibilités

- Un seul des meilleurs troisièmes potentiels n’a, sauf erreur de calcul, aucune chance d’affronter nos Diables: la Pologne. En cas de nul ou de défaite, l’équipe de Lewandowski serait forcément éliminée du tournoi, au pire en tant que troisième de poule, mais avec seulement deux unités au compteur. En cas de victoire, et à la faveur des confrontations particulières, du goal average ou du nombre de buts marqués, la Pologne serait assurée de finir, soit première, soit deuxième.

- Idem pour la Slovaquie, qui sera éliminée en cas de défaite pour peu que le Portugal ne s’écroule pas face à la France. Et qui, en cas de match nul face à l’Espagne, semble promise à une des deux premières places puisque les Slovaques ont inscrit, à l’heure actuelle, davantage de buts que la Suède. Ou alors il faudrait que la Suède connaisse, contre la Pologne, une défaite par un seul but d’écart, mais avec un grand nombre de buts inscrits de part et d’autre.

- L’Allemagne peut encore se dresser sur la route des Diables, elle aussi. Mais pour finir troisième, il faudrait que les Allemands concèdent le nul à domicile contre la Hongrie pendant que le Portugal domine la France, laquelle devancerait alors la Mannschaft aux confrontations particulières. La chose est possible également si la Hongrie bat l’Allemagne et que le Portugal est dominé par la France. Difficile mais pas impossible à imaginer.

- La Hongrie a une petite chance, aussi, d’affronter nos Diables: elle doit, pour cela, tout simplement battre l’Allemagne à Munich pendant que le Portugal ne perd pas face à la France.

- La Suisse garde une infime chance, enfin, de jouer contre la Belgique. Il faut pour cela que les quatre meilleurs troisièmes soient issus des groupes ABCD, et donc que les troisièmes des groupes qui se clôtureront ce soir soient devancés, à ce classement particulier, par la Finlande (troisième du groupe B avec 3 points et une différence de buts de - 2) et l’Ukraine (troisième du groupe C avec 3 points et une différence de buts de -1). Bref, il faudrait, d’un côté, que l’Espagne batte la Slovaquie (ou l’inverse, remarquez) pendant que la Pologne ne bat pas la Suède et que, dans le même temps, le Portugal perde par au moins quatre buts d’écart contre les Bleus. Finlande et Ukraine seraient, alors, sauvées des eux, et c’est la Nati qui, étonnamment, défierait Kevin De Bruyne et ses petits copains.