De l’eau de la mer du Nord bientôt dans nos robinets
De l’eau de mer dessalée devrait couler de nos robinets prochainement.Crédits: Reporters / DPA
Belgique

De l’eau de la mer du Nord bientôt dans nos robinets

La plus grande société d’eau potable de Flandre, De Watergroep, a l’intention de faire de l’eau de mer l’une de nos sources d’eau potable.

Les derniers étés se sont révélés particulièrement secs et la disponibilité d’eau en Flandre à ce moment de l’année devient plus limitée. De Watergroep souhaite donc diversifier ses sources d’où elles puisent de l’eau, expose le président Brecht Vermeulen.

Aujourd’hui, à Ostende, l’intercommunale des eaux Farys transforme de l’eau saumâtre d’un canal en eau potable. De Watergroep va aller un peu plus loin dans cette démarche, en collaboration avec Aquaduin et Farys.

Un projet pilote doit voir le jour après l’été à un complexe d’écluses à Nieuport afin de dessaler de l’eau saumâtre et de l’eau de mer pour en faire de l’eau potable.

D’autres pistes sont étudiées comme la collecte d’eaux de pluie sur des terrains industriels ou le traitement des eaux usées.

Diversifier notre production d’eau

«Celui qui investit en Bourse doit diversifier son portefeuille. Nous aussi devons diversifier notre production d’eau de façon à mieux faire face aux variations climatiques», explique le directeur général Hans Goossens.

Cette année, les réserves sont bonnes, selon De Watergroep qui tentera d’éviter les pénuries survenues l’an dernier dans la région de Louvain. Le printemps ayant été particulièrement humide, les réserves d’eau souterraines sont à leur meilleur niveau en quatre ans. Les sources d’eau en surface sont, elles, à un niveau normal.

Le contexte de 2020 était en outre différent. Overijse et ses environs avaient alors connu des problèmes d’approvisionnement en eau. Il s’en est fallu de peu que Louvain se retrouve également sans eau. Un printemps très sec, combiné au confinement qui avait incité de nombreux citoyens à remplir leur piscine, avait entraîné une hausse de 2,6% de la consommation d’eau domestique, une première en 10 ans.