La Ligue des familles soumet un calendrier pour un congé de paternité à 15 semaines
Image d’illustrationCrédits: Prostock-studio - stock.adobe.com
Belgique

La Ligue des familles soumet un calendrier pour un congé de paternité à 15 semaines

La Ligue des familles propose vendredi au gouvernement fédéral un calendrier pour allonger le congé de paternité de 15 jours à 15 semaines d’ici 2029, indique l’organisation dans un communiqué.

Une pétition, lancée en août 2020 et toujours ouverte, a jusqu’à présent récolté près de 18.000 signatures.

«Chaque Baromètre des parents montre le soutien des parents à cette mesure: 67% des parents (pères comme mères) demandent un congé de paternité et de co-maternité de même durée que le congé de maternité. Les parents les plus jeunes et ceux de jeunes enfants y sont bien plus favorables encore», affirme la Ligue des familles.

Si le congé de paternité est passé de 10 à 15 jours début 2021 et qu’il passera à 20 jours en 2023, plus aucune avancée n’est prévue au-delà, regrette l’organisation. Elle a donc mis au point un calendrier prévoyant l’allongement du congé de deux semaines par an après 2023, pour arriver à 15 semaines au plus tard d’ici huit ans.

L’allongement du congé de paternité servirait, selon la Ligue des familles, plusieurs causes. Il devrait ainsi «permettre au père de passer du temps avec son enfant et de partager avec la mère les plaisirs et difficultés des semaines suivant la naissance, permettre à l’enfant de passer autant de temps avec ses deux parents, poser les bases d’une meilleure répartition des tâches pour la suite et diminuer l’impact relatif d’une naissance sur la carrière des femmes».

Un gros tiers des congés parentaux sont pris par des hommes

Depuis le début de l’année, 34,57% de tous les congés parentaux pris l’ont été par des hommes, pour 65,43% par des femmes, constate vendredi Partena Professional sur base d’une analyse des données de plus de 150.000 travailleurs. La part du nombre de congés parentaux pris par des hommes est en augmentation par rapport à 2019, où elle s’élevait alors à 31,08%.

La plus forte augmentation est observée chez les hommes entre 30 et 49 ans, note Partena Professional. «La proportion de congés parentaux pris par les hommes augmente logiquement avec l’âge. Alors qu’en dessous de 42 ans, ce sont principalement les femmes qui prennent ces congés, après 42 ans, la proportion s’inverse et ce sont les hommes qui prennent le plus ces congés», souligne la société de ressources humaines, qui publie son analyse à l’occasion de la Fête des pères.

Le niveau d’éducation joue également un rôle dans la prise de ces congés parentaux chez les hommes. Plus le niveau d’éducation est élevé, moins les hommes sont susceptibles de prendre ce type de congés.

Pour s’occuper de son enfant, le travailleur a la possibilité de prendre deux types de congé indemnisé par l’Onem, lesquels sont cumulables, rappelle Partena Professional.

Le congé parental, d’une part, permet au travailleur de suspendre complètement ses prestations (pendant 4 mois) ou de les réduire de moitié (pendant 8 mois), d’un cinquième (pendant 20 mois) ou d’un dixième (pendant 40 mois). Ce congé doit débuter avant que l’enfant n’atteigne l’âge de 12 ans. La limite d’âge est fixée à 21 ans lorsqu’il s’agit d’un enfant handicapé.

Le travailleur peut d’autre part bénéficier d’un crédit-temps avec motif pour «prendre soin d’un enfant de moins de 8 ans» ou pour «prendre soin d’un enfant handicapé de moins de 21 ans» pour une durée de 51 mois et cela, quelle que soit la forme (suspension totale des prestations, réduction d’un demi ou d’un cinquième).