VERVIERS

La rue de l’Harmonie parée de fleurs

La rue piétonne a été pavoisée sur le thème des fleurs, par Verviers-Ambitions et des élèves de l’académie des Beaux-Arts.

Les chalands étaient de retour dans le centre-ville, mercredi, veille de jour férié. Ils auront pu découvrir la rue de l’Harmonie fleurie. Peintures sur bois, bâches, dessins, photographies, réalisés autour du thème de la fleur, et fleurs naturelles ont envahi le piétonnier de l’Harmonie, ses arbres et ses vitrines, vides ou non. Une manière de contribuer à redonner vie à cette rue commerçante longtemps restée inanimée en pleine pandémie de coronavirus.

On retrouve, derrière cette initiative, Verviers-Ambitions, l’ASBL de gestion du centre-ville.

L’action s’inscrit dans le cadre de l’opération «La nature en centre-ville», menée par le Réseau centre-ville Wallonie (RCVW) dont Verviers-Ambitions fait partie. «Le réseau, qui a deux ans, coordonne les 16 gestions centre-ville, dont celle de Verviers, avec pour rôle d’être l’interface entre les commerçants, la Ville et les partenaires de la gestion centre-ville, et de faire en sorte que les choses bougent», explique Martine Job, avec la double casquette de vice-présidente du RCVW et directrice de Verviers-Ambitions.

Outre l’équipe de l’ABL de gestion du centre-ville, qui a réalisé certaines œuvres, quatre professeurs et une cinquantaine d’élèves de l’académie des Beaux-Arts de Verviers ont également participé à cette action printanière, par la réalisation de dessins, de planchettes de bois aux motifs floraux, de photographies…

«Quand on nous a contactés, on a directement accepté, tous étaient ravis de participer. C’était pour nous une bulle d’air. Avec la crise, il n’y a plus de projets. Celui-ci nous a permis de retrouver de la motivation, d’avoir un objectif», témoigne la directrice de l’académie, Anne-Sylvie Primo, qui regrette la perte considérable d’élèves constatée depuis le début de la crise.

À noter que les établissements Fayen ont fourni les peintures pour réaliser les tableaux exposés de chaque côté de la rue, tandis que les Floraisons du Laboru ont livré les fleurs naturelles.

«Par cette action, tout le monde a pu s’exprimer librement sur le thème des fleurs, avec pour objectif d’égayer le centre-ville, lui redonner des couleurs face au noir que représente la crise, avec une mise en avant des cellules vides», se félicite Martine Job, qui entend faire revenir le chaland en cette période de déconfinement progressif.

L’action prendra fin le dimanche 30 mai.