Les chefs bluffés dans «Top Chef»: Etchebest s’incline, Pairet salue «le plat de l’année»
TÉLÉVISION

Les chefs bluffés dans «Top Chef»: Etchebest s’incline, Pairet salue «le plat de l’année»

Le 12e épisode de cette 12e saison de Top Chef a vu un candidat confirmer son retour en force, un autre mettre une véritable «fessée» aux chefs, et un dernier quitter l’aventure… encore une fois.

La multicuisson: Pierre cartonne

La première épreuve de la soirée, proposée et jugée par le chef marseillais Alexandre Mazzia, s’est jouée autour de la cuisson multiple.

Chaque candidat encore en lice a dû cuire une protéine de plusieurs façons différentes. Une juxtaposition de cuisson sur un même produit devenu la marque de fabrique de Mazzia, seul chef auréolé de 3 étoiles en 2021 en France. Attention à la surcuisson!

On a eu droit à de la marinade, du barbecue, de la vapeur, du pochage… mais c’est Pierre de la brigade de Michel Sarran qui s’est le plus démarqué, avec une cuisson de gambas sous terre, puis sur un binchotan, un bâton de charbon actif.

Il a été qualifié directement par Alexandre Mazzia, qui a trouvé son plat «très frais, équilibré et bien réalisé» et qui y a vu surtout un assemblage de cuisson qui «fait sens», selon le chef.

Révolutionner la dégustation: Matthias sans limite

Les quatre derniers candidats en compétition ce soir se sont ensuite affrontés autour de la thématique proposée par Paul Pairet: révolutionner la dégustation.

Un appel à l’audace et l’originalité, lors duquel chaque cuisinier a été épaulé par un grand chef: Pierre Gagnaire, Glenn Viel, Pascal Barbot et Arnaud Donkele. Ces figures déjà aperçues cette saison sont venues prendre sous leurs ailes un candidat pour le guider vers les quarts de finale.

Matthias a osé aller très loin avec un plat fou, choquant les papilles. La première partie de sa dégustation se faisait en se léchant les doigts, pour découvrir 4 préparations tour à tour trop grasse, trop épicée, trop sucrée et enfin trop acide.

«J’ai vraiment envie de leur péter la gueule, c’est un peu comme un délire sadomaso, tu mets une fessée, puis après tu fais une caresse», a expliqué le candidat sur son plat intitulé «Apologie de l’excès».

Car après le trop, vint l’équilibre: une tartelette sucrée, crème de citron, coque en chocolat blanc et poudre de piment. Voilà les quatre excès qui s’équilibrent dans une préparation qui a bluffé les jurés.

Philippe Etchebest s’inclinera devant un Matthias aux anges, tandis que Paul Pairet saluera «probablement le plat de l’année». Rien que ça.

Sans surprise, il est le premier qualifié de l’épreuve. Il est rejoint par Sarah, avec sa balade en sous-bois à base de terreau comestible, sauce escargot, champignon laqué, chevreuil et condiment cranberry dans une noix.

Mohamed VS Bruno: patatras (encore...)

Le duel final a vu s’affronter Mohamed et Bruno autour de l’agrume.

Le premier a proposé un dessert à base de crémeux citron, gel yuzu-timut-amaretto, clémentines rôties et amandes caramélisées. Pour le second, on part sur haddock poché au lait infusé d’agrumes, panais confits au jus d’orange, et une vinaigrette miel-agrumes-basilic.

Malheureusement pour Bruno, qui venait de réintégrer la compétition, l’aventure s’achève à nouveau après la dégustation. Une nouvelle élimination que le candidat accepte sans amertume.

«Aucun regret… Merci à tous pour ces messages de soutien, de bienveillance et d’encouragement qui font chaud au cœur. Hâte de partager la suite avec vous», a écrit le candidat après sa sortie.

 

 

 

Les quarts de finalistes

Mohamed Cheikh (Brigade rouge d’Hélène Darroze)

Matthias Marc (Brigade bleue de Philippe Etchebest)

Sarah Mainguy (Brigade violette de Paul Pairet)

Pierre Chomet (Brigade jaune de Michel Sarran)