Le corps d’Anaïs Guillaume enseveli sous la chaux
Affaire Anaïs Guillaume Philippe Gillet, accusé de l'assassinat d'Anaïs Guillaume Charleville-Mézières, en FranceCrédits: EDA Claudy Petit
JUDICIAIRE – FRANCE

Le corps d’Anaïs Guillaume enseveli sous la chaux

Devant la cour d’assises à Reims, on a projeté des photos prises lors de la découverte du corps d’Anaïs Guillaume, le 30 octobre 2019, ensevelie dans le sol sous de la chaux.

 

Philippe Gillet, surnommé le Taureau des Ardennes, a été condamné en avril 2019, en première instance, pour le meurtre d’Anaïs Guillaume, son ancienne petite amie.

La jeune femme a disparu en avril 2013 et n’avait jamais été retrouvée. Les fouilles réalisées au cours de l’instruction judiciaire n’avaient jamais permis de retrouver de corps. Jusqu’à ce qu’un courrier anonyme, envoyé à l’automne 2019, localise l’endroit où Anaïs a été enterrée.. Il a toujours nié avoir tué Anaïs.

Condamné en avril 2019 par la cour d’assises de Charleville à 22 ans de réclusion pour le meurtre d’Anaïs Guillaume, sa jeune maîtresse, Philippe Gillet a interjeté appel car il se prétend innocent, malgré les charges pesant sur lui. Philippe Gillet sera rejugé en appel. Son procès s’est ouvert ce mardi 6 avril.

 

Ce jeudi 8 avril, un témoignage très attendu est prévu dès 16 h 30 par la cour d’assises de la Marne à Reims, qui examine le dossier de l’assassinat d’Anaïs Guillaume, jeune femme de 21 ans de Blagny, village frontalier français ardennais, disparue au printemps 2013. La cour entendra ce jeudi après-midi Victoria Gillet, la fille aînée de l’accusé Philippe Gillet. C’est elle qui avait adressé un courrier anonyme en octobre 2019 et qui avait permis de retrouver le corps d’Anaïs Guilllaume sur un terrain de la ferme appartenant à Philippe Gillet, à Fromy, le village français en face de Villers-devant-Orval (Belgique).

Six ans et demi après la disparition, la découverte du corps de leur fille était presque inespérée pour les parents Guillaume.

La dépouille est retrouvée à l’état d’ossements entourée de chaux. Le corps, formellement authentifié comme celui d’Anaïs Guillaume, a été enfoui dans le sol. Il est très probable que l’auteur des faits a enterré sa victime sans le moindre vêtement, déclare devant la cour d’assises l’expert de l’IRCGN (l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie), car si la chaux est suffisamment puissante pour dégrader voire faire disparaître beaucoup de produits textiles, par contre des fermetures éclair, des bretelles de soutien-gorge, des bijoux notamment sont des matières beaucoup plus résistantes, mais qu’on ne retrouve pas ici pour Anaïs.

Faut-il rappeler que le jour même de la disparition d’Anaïs, le 26 avril 2013, Gillet a été acheter chez son fournisseur un sac de 25 kilos de chaux. Lui prétend que c’était destiné exclusivement pour nettoyer la salle de traite des vaches et désherber les prés.

 

A-t-elle été étranglée?

L’avocat général Jacques Louvier, qui avait déjà requis lors du premier procès devant les assises des Ardennes à Charleville, relève lors de ce second procès d’assises à Reims qu’une partie de l’os hyoîde a disparu. Cet os, appelé aussi os lingual, est situé au-dessus du larynx, dans la partie antérieure du cou, et juste en dessous de la base de la langue. Les fractures de l’os hyoïde se manifestent souvent dans les cas de strangulation.

Mais en raison de l’absence d’une partie de cet os hyoïde retrouvée sur la dépouille de la victime, on ne saura donc jamais établir, de façon certaine, si Anaïs Guillaume est morte par strangulation et s’il y a eu fracture de l’os en question.