Patients à risques: vérifiez sur le site myhealthviewer.be
CORONAVIRUS

Patients à risques: vérifiez sur le site myhealthviewer.be

À partir de ce jeudi 8 avril, vous pouvez vérifier sur le site www.myhealthviewer.be si vous êtes répertoriés sur la liste des personnes de 18 à 65 ans à risque, c’est-à-dire avec un problème de santé chronique.

En ce mois d’avril, les personnes âgées de 18 à 65 ans à comorbidités (diabète, cancer, maladies cardiaques et pulmonaires, ...) ont rejoint les personnes de plus de 65 ans parmi les personnes prioritaires pour se faire vacciner contre le Covid-19. Un million et demi de personnes sont concernées par cette phase, indiquait le 30 mars Sabine Stordeur, membre de la taskforce Vaccination.

Les mutualités et les médecins ont établi une liste des patients à risque sur base des médicaments consommés. Les personnes reprises sur la liste et donc considérées à risque recevront une invitation dans les prochaines semaines pour se rendre dans un centre de vaccination.

Tout citoyen qui souhaite vérifier s’il est repris sur cette liste peut désormais le faire à partir en se rendant sur le site www.myhelathviewer.be.

Si vous êtes un patient à risque mais que vous n’apparaissez pas sur la liste, consultez votre médecin généraliste.

La plateforme MyHealthViewer bloquée par les demandes en matinée

Le site internet MyHealthViewer n’a pas pu faire face à la demande jeudi matin. Si le site n’est pas accessible, il y a cependant une alternative, signale l’agence flamande Zorg en Gezondheid: l’information peut aussi être consultée via la plateforme «Ma santé» (masante.belgique.be).

La plateforme des mutualités, MyHealthViewer, avait prévu un afflux de demandes, mais la pression a malgré tout été trop forte. «Normalement, nous avons 20 à 50 utilisateurs simultanés. Nous pensions passer à 1.000 environ, mais il y en a eu plus de 2.500», explique Remi De Brandt, du Collègue Intermutualiste National. Il appelle les citoyens à attendre un peu avant de consulter la plateforme. «Actuellement, c’est encore le tour des 65 ans et plus. Les groupes à risque ne viendront que plus tard. Je comprends que les gens soient curieux, mais ce n’est pas urgent», note-t-il.