VIDÉOS| «The Voice» : la Philippevillaine Orlane et Alice de l’IMEP en finale!
Après avoir chanté des monuments en français, Alice et Orlane accèdent à l’ultime étape de The Voice. Ci-dessous, Elsa et Joséphine quitte l’aventure la tête haute. Les notes aussi.Crédits: Ingrid Otto
Télévision

VIDÉOS| «The Voice» : la Philippevillaine Orlane et Alice de l’IMEP en finale!

Mardi soir, les quatre dernières représentantes de notre province se sont battues comme des lionnes. Orlane et Alice ont gagné le sésame.

Dernière ligne droite pour la neuvième saison de The Voice Belgique, masquée mais à gorges déployées. Mardi soir, sur la Une, huit candidats ont dû le prouver un peu plus leur talent pour obtenir leur place en finale.

À lire aussi |The Voice Belgique: et les 4 finalistes sont...

Une soirée au cours de laquelle le français, le supplément d’âme et le fair-play sont ressortis gagnants. Les quatre ultimes ambassadrices de notre province ont tout donné, avec grâce et puissance, partageant aussi quelques moments privilégiés avec des stars (les coaches Loïc Nottet et Typh Barrow mais aussi Vianney, à la gratte de qui ont eu la chance de se frotter les Hesbignonnes Alice et Joséphine).

Sans stress, la soirée s’est égrainée au fil de performances vocales puissantes et émouvantes. Et ce, déjà dans les coulisses des répétitions puisque chaque talent a pu être rejoint, par surprise, par un de ses proches.

Orlane avec la bénédiction de papa et de Barbara

À l’image de la Philippevillaine Orlane, fusionnelle avec son «petit cachottier » de papa, et en particulier sur le monument Dis, quand reviendras-tu? de Barbara. Retrouvant son piano, alors qu’un artiste, Eduardo, peignait minute (la chanson n’est pas bien longue) le portrait de son paternel, la jeune vingtenaire a transcendé cette chanson, entre douceur et caractère, transformant le phrasé. «T’as tout fait, ni trop ni pas assez», a analysé coach Loïc. « C’était un moment plein de vérité, a renchéri Typh. J’ai eu la sensation que tu étais dans le cœur et plus du tout dans l’enjeu. Ce sont les moments qu’on préfère. J’adore ta façon de prononcer les consonnes et ce craquement dans ta voix, très chaleureux. »

Joséphine, expirant, inspirant

Un peu plus loin, toujours dans l’équipe de Loïc, c’est Joséphine Ugeux Remy qui a montré son visage le plus «monstrueux» à ce jour, réussissant à incarner à elle seule un duo, et non des moindres: Eminem et Rihanna sur The Monster. Une prestation entre rap et pop en apnée, avec un débit vévéprime, rehaussée en plus d’une jolie chorégraphie: des mains de danseurs bousculant autant que portant la benjamine de la compétition à travers un voile blanc. Fier de l’Aischoise de son équipe, Loïc Nottet a été conforté par les autres coachs. «Tu es une énigme pour moi, a expliqué BJ, when it’s time to go, tu es habitée. » Le DJ Henri PFR a lui souligné l’exercice exceptionnel qu’elle venait d’accomplir.

Comme Alice dit et chante

Une candidate de Hesbaye en appelant une autre, la Perwézienne sortie de l’IMEP, Alice Van Eesbeeck, a, à son tour, choisi d’exprimer sa sensibilité en français, avec Comme ils disent de Charles Aznavour, pour son beau-père, son «papou». Avec dans la voix des airs d’une Lara Fabian qui articulerait, osant parfois parler plutôt que chanter Alice a extrêmement ému les quatre coaches, soulignant une prestation de haut vol. Encore plus coach Typh: «Tu as livré quelque chose de très authentique, pas dans l’étalage bien que tu aies la voix pour. Je crois que tu as compris que la douceur était invincible, puis tout d’un coup ça a vrillé vers quelque chose de plus intense, plus sombre, plus revendicatif. »

Elsa a tenu des notes surhumaines

Dernière demi-finaliste à défendre ses chances, la Franco-Fossoise Elsa Puls a été soutenue par son amoureux pour reprendre le Shake it out du groupe de rock anglais Florence and the Machine. Repartant tout en haut avec sa voix tout-terrain, l’étudiante en assistante-pharmacie a réussi une prestation ascensionnelle, tenant les nombreuses notes impressionnantes de ce son extraterrestre. «Je me lève avec allégresse pour toi, BJ a joint le geste à la parole. Je te connais, tu veux juste chanter, arriver sur scène. Et tu es arrivée avec beaucoup de fougue. Tu es chez toi sur scène. Bravo d’être si forte, une fois de plus. » Henri a également donné son avis: « C’était un morceau qui, j’ai l’impression, était fait pour toi.»

Puis, le moment fatidique, redouté par les coaches eux-mêmes, est arrivé. Chacun devait ainsi clairement départager ses protégés sur une échelle de 100. Une note ensuite rehaussée par les votes du public. Le candidat obtenant le score le plus élevé filait ainsi à la finale.

Tous comptes faits, dans une ambiance de grandes sollicitudes entre gagnants comme perdants, Orlane et Alice ont été élues pour gravir la dernière marche de l’émission. Elles seront accompagnées de l’incroyable Sonita, camerounaise vivant en Flandre occidentale, et de Jérémie Makiese, «connecté à son âme» et habitant Dilbeek.

Dernier round, mardi prochain, à la dernière étape d’une édition impressionnante, dont les talents, qu’ils aient ou non atteint la finale, risquent encore de faire parler d’eux.