VIDÉO | «The Voice» France: les Belges reçues 2 sur 3
Alyah rejoint l’équipe de Marc Lavoine, Camelione celle de Vianney tandis que l’aventure s’arrête pour Chloé.Crédits: BUREAU 233/ITV/TF1 - Lionel Guericolas/TV/Bureau233
TÉLÉVISION

VIDÉO | «The Voice» France: les Belges reçues 2 sur 3

Deux Belges de plus ont réussi, ce samedi soir sur TF1, les auditions à l’aveugle de «The Voice» France.

Après le Verviétois Nicolas, le Bruxellois Youssef et la Flamande Mentissa il y a trois semaines, deux autres Belges poursuivent l’aventure. Il s’agit des jeunes Alyah et Camelione. La Mouscronnoise Chloé connaît quant à elle le même sort que l’Aqualien Olivier Kaye samedi passé.

La Neupréenne Alyah dans l’équipe de Marc Lavoine

 

Trois des quatre coaches – Amel Bent, Florent Pagny et Marc Lavoine – se sont retournés sur elle. Alyah, étudiante en rhéto à Saint-Servais (Liège) de 17 ans, revient sur ce moment fort et sur ses rêves pour la suite. «Tous les trois m’ont dit de très, très belles choses», nous explique la jeune chanteuse de Neupré (en province de Liège), qui a interprété «Unintended» de Muse. «Je ne savais pas trop qui choisir à la base pour continuer l’aventure, mais Marc Lavoine a su trouver les bons mots je pense, et ça m’a donné envie d’aller dans son équipe.»

 

Fille de la conseillère communale Shirley Drossart et de l’ancien buteur du Standard de Liège, Ali Lukunku, Alyah n’est pas une inconnue dans le milieu de la musique. Elle peut compter sur le soutien inconditionnel de ses coaches belges, Pierre Theunis et Thierry Migliorini, sans oublier le groupe «98%» qui lui a offert l’opportunité de monter sur scène à plusieurs reprises. Une jeune femme qui aime chanter de tout, aussi bien en français qu’en anglais, même si elle a une préférence pour la seconde langue.

«Juste avant de monter sur la scène de TF1, j’essayais de faire abstraction du fait que les coaches allaient se retourner ou non. Dès que j’ai vu qu’Amel Bent s’était retournée au début de la chanson, j’étais un peu déconcertée. D’une certaine façon, mon stress était parti et de l’autre je devais assurer pour ne pas décevoir les coaches qui s’étaient retournés. C’était, pour moi, l’épreuve la plus compliquée et cela aurait été difficile d’accepter le fait que personne ne se soit retourné sur moi. Cela dit, je pense qu’on est à un tel niveau que tous les candidats sont tellement géniaux qu’il faut malheureusement faire des choix, et j’ai la chance de continuer l’aventure. J’ai vécu un super moment.»

 

 

La Montoise Camelione dans l’équipe de Vianney

 

Pour sa première expérience télévisée, Camelione en a séduit plus d’un. La jeune Montoise (20 ans) a marqué les esprits en livrant sa version de «L’effet de masse», de Maëlle. Un titre qui colle à son histoire personnelle, elle qui a aussi été victime de harcèlement scolaire.

Derrière son piano, l’étudiante de l’Institut royal supérieur de musique et de pédagogie de Namur a fait fi de son stress pour s’offrir «un moment suspendu, très intense».

 

Résultat des courses? De l’émotion et des buzz. C’est ainsi que Vianney, qui a bloqué Marc Lavoine, et Florent Pagny se sont retournés pour attirer la talentueuse artiste hennuyère dans leur équipe. Amel Bent ayant, quant à elle, buzzé un rien trop tard pour tenter de convaincre la Montoise de la rejoindre.

Les quatre jurés charmés - Marc Lavoine a d’ailleurs avoué qu’il regrettait de ne pas s’être retourné -, il ne restait plus qu’à Camelione à faire son choix. Un choix déjà bien réfléchi puisque la jeune artiste avait déjà émis le souhait de travailler avec Vianney avant le début des auditions.

Cerise sur le gâteau, la jeune femme s’est aussi payé le luxe de chanter en duo avec son nouveau coach. Tous les deux reprenant «Les filles d’aujourd’hui», le morceau dans lequel Vianney accompagne Joyce Jonathan.

 

 

 

Les fauteuils ne se sont pas retournés pour Chloé Braye de Mouscron

 

Estimant que c’était compliqué de se projeter, les quatre coachs ne se sont par contre pas retournés pour la Mouscronnoise de 22 ans ayant interprété un succès de Françoise Hardy. Son choix de musique douce aurait pu coller aux affinités de Vianney et de Marc Lavoine. «J’ai choisi cette chanson car elle me plaît beaucoup. Lorsque je l’écoute, j’ai l’impression qu’elle est écrite pour moi», nous confie l’artiste qui étudie les soins intensifs et travaille actuellement à Erasme.

 

«Ce fut une superbe expérience de pouvoir y être, en me disant que ce n’est que le début de quelque chose. Je prends tout ce qu’il y a à prendre, comme je retiens les encouragements des coachs et de la production de l’émission.»