VIDÉOS | Campagne choc: les conducteurs sous influence auront un porte-clés avec le prénom d’un enfant tué dans un accident
La campagne Bob existe depuis 25 ans. Et pourtant, certains Belges continuent à juger bon de boire et conduire... Crédits: -
SOCIÉTÉ

VIDÉOS | Campagne choc: les conducteurs sous influence auront un porte-clés avec le prénom d’un enfant tué dans un accident

À partir de ce week-end, les conducteurs qui conduisent sous l’influence de l’alcool recevront un porte-clés indésirable...

L’association des Parents d’Enfants Victimes de la Route (PEVR) et l’institut Vias veulent continuer à mettre en garde sur les effets de l’alcool au volant. D’autant plus que les chiffres continuent à faire peur, malgré les progrès enregistrés en la matière en dix ans (-20%). En 2019, on a encore constaté plus de 4.000 accidents impliquant un conducteur sous l’influence de l’alcool, avec une alcoolémie moyenne affichant 1,7 ‰ (!) dans ce type d’accident.

À partir de ce week-end, les conducteurs qui conduisent sous l’influence de l’alcool pourront également recevoir un porte-clés, mais pas le traditionnel «Bob», cela va sans écrire… Un porte-clés avec le prénom d’un enfant tué dans un accident.

«Un conducteur impliqué dans un accident corporel lié à l’alcool a, en moyenne, un taux de 1,7 ‰ dans le sang», précise l’Institut Vias.

On espère qu’il restera plus longtemps gravé dans les mémoires qu’une amende ou une interdiction de conduire

La campagne Bob existe depuis 25 ans. Et pourtant, certains Belges continuent à juger bon de boire et conduire...

«L’organisation des Parents d’Enfants Victimes de la Route a donc lancé, avec le soutien de l’institut Vias, une campagne choc: à côté des célèbres porte-clés Bob distribués aux conducteurs responsables, certains policiers distribueront aussi des porte-clés aux conducteurs sous influence de l’alcool ou de la drogue. Pas un porte-clés Bob évidemment, mais un porte-clés avec le prénom d’un enfant victime d’un chauffeur qui avait bu: Axelle, Corwin, Nathan, Laetitia...»

Et Vias de poursuivre: «Ce porte-clés ‘non-Bob’, qui confronte les conducteurs à la réalité, a la même typographie typique et la même couleur jaune que le logo Bob. PEVR et Vias espèrent qu’il restera plus longtemps gravé dans les mémoires qu’une amende ou une interdiction de conduire.»

S’ils le souhaitent, les conducteurs positifs peuvent par la suite échanger leur porte-clés sur le site contre un cours de sensibilisation en ligne de Vias, «qui examine de plus près les effets de l’alcool sur le comportement au volant».

8 histoires de victimes de la route: Axelle, la plus jeune, n’avait que 3 ans...

Pendant le «week-end sans alcool» lancé demain/ce vendredi, les chauffeurs testés positifs lors d’un contrôle pourront recevoir un porte-clés avec le prénom de l’un des huit jeunes victimes d’un conducteur qui avait trop bu. Sur une petite carte accompagnant le porte-clés, les contrevenants pourront lire l’histoire malheureuse de ces victimes.

La plus jeune victime, Axelle, n’avait que 3 ans et demi lorsqu’elle a été percutée sur le trottoir avec sa maman par un conducteur ivre. «Sur le site internet www.nonbob.be, vous découvrirez les histoires des 8 jeunes victimes racontées par leurs parents ou grands-parents. Ces histoires sont toutes déchirantes. Malheureusement, dans la réalité bien plus de 8 jeunes vies ont été perdues».

Des témoignages de parents d’enfants accidentés

Deux films ont été créés pour soutenir le message: l’un avec les témoignages des parents d’enfants accidentés, l’autre tourné pendant un contrôle d’alcoolémie.

Les porte-clés pour les non-Bob ont déjà été distribués à plusieurs endroits lors d’une première phase pendant les vacances d’hiver. Pendant ces contrôles, un film a été tourné et montre l’impact sur les automobilistes qui les ont reçus.

Plus de 4.000 accidents impliquant un conducteur sous l’influence de l’alcool en un an: «L’alcoolémie moyenne du conducteur dans ce type d’accident atteint 1,7 ‰!»

Au cours des dix dernières années, le nombre d’accidents corporels impliquant un chauffeur qui avait trop bu a diminué d’environ 20%, selon les chiffres communiqués par l’institut Vias.

«Cependant, en 2019, nous avons encore dénombré 4.106 accidents impliquant un conducteur sous l’influence de l’alcool», précise Vias, confirmant que «l’alcoolémie moyenne du conducteur dans ce type d’accident atteint 1,7 ‰!»

«Mais le chauffeur n’a pas systématiquement bu autant dans tous les accidents. Dans certains cas, le conducteur n’a bu ‘que’ quelques verres de trop. Mais les conséquences peuvent être tout aussi désastreuses. Par exemple, chaque jour dans notre pays, on constate un accident avec tués ou blessés impliquant un conducteur ne dépassant pas 0,8 ‰ d’alcool dans le sang. En 2019, il y a eu 375 accidents corporels de ce type. Les campagnes Bob et cette nouvelle campagne «non-Bob» restent donc essentielles pour convaincre tout le monde de ne pas boire avant de prendre le volant.»

VIDÉOS | Campagne choc: les conducteurs sous influence auront un porte-clés avec le prénom d’un enfant tué dans un accident
Photo: -