Qui se cache derrière Signal, le concurrent de WhatsApp? 5 choses à savoir
L’Union européenne recommande à son personnel d’utiliser Signal pour communiquer avec des personnes extérieures à l’institution.Crédits: AFP
Conso

Qui se cache derrière Signal, le concurrent de WhatsApp? 5 choses à savoir

Signal récupère les déçus de WhatsApp. Comment se finance cette application de messagerie instantanée?

C’est un exode historique. Signal profite des déboires de WhatsApp pour recruter de milliers de nouveaux utilisateurs. Piqûre de rappel: dès le 8 février 2021, WhatsApp partagera plus généreusement vos données avec sa maison-mère Facebook.

C’est un séisme dans le monde des messageries instantanées. Mais qui est vraiment Signal? Qui se cache derrière cette application censée respecter votre confidentialité?

Découvrez ci-dessous les 5 choses à savoir.

1.Une fondation sans but lucratif

Implantée en Californie (USA), l’application de messagerie instantanée Signal est développée en première intention par Signal Messenger, LLC (Limited Liability Company). Cette compagnie à responsabilité limitée est financée par Signal Technology Foundation, une fondation sans but lucratif fondée en février 2018 par Moxie Marlinspike et Brian Acton.

À retenir: la recherche du profit ne fait pas partie de l’ADN de cette structure à deux entrées.

2.L’argent du cofondateur de WhatsApp

En février 2018, Brian Acton a injecté 50 millions de$ dans la fondation sans but lucratif Signal Technology Foundation. Il est le cofondateur de WhatsApp, société qu’il a quittée en septembre 2017. En cause: son désaccord complet avec la politique de Facebook, propriétaire de la messagerie instantanée depuis 2014.

Son financement de la fondation Signal n’est un don mais un prêt. Fin 2018, ce prêt à 0% grimpait à 105 millions de$. Échéance de remboursement: février 2068.

À retenir: l’un des deux cerveaux de Signal est farouchement opposé à Facebook et sa volonté de tirer un maximum de profits de WhatsApp.

3.Un code public

Preuve d’une grande transparence, l’application Signal est un logiciel libre et open source. Libre dans le sens où le logiciel peut être étudié, modifié, dupliqué et diffusé par autrui. Open source dans le sens où quiconque est autorisé à télécharger, analyser et triturer son code.

Le code de l’application Signal pour Android est par exemple disponible à cette adresse.

À retenir: Signal bénéficie par extension de l’aide de la communauté du logiciel libre et open source, susceptible de lui signaler des bugs et de lui proposer des améliorations.

4.Une équipe minimaliste

Le développement de l’application Signal et du protocole cryptographique Signal Protocol est confié à une toute petite équipe. Le noyau est composé en moyenne de deux à trois à développeurs, sans jamais avoir dépassé le cap des sept personnes dans les périodes les plus intenses.

À retenir: compte tenu des moyens limités, une petite équipe est la clé de l’indépendance et du développement sans but lucratif.

5.Le même protocole que WhatsApp

Clé de voûte de l’application Signal, Signal Protocol est le protocole cryptographique qui protège vos communications d’un bout à l’autre de la chaîne de transmission. Peu importe sa nature (écrit, audio, vidéo), une communication Signal est cryptée tout au long du processus. Théoriquement, personne ne peut l’intercepter et la décoder.

L’essentiel du Signal Protocol est également exploité par d’autres applications, comme WhatsApp. Mais logiquement, en tant que propriétaire du protocole, l’application Signal bénéficie rapidement des mises à jour de sécurité et des nouvelles fonctions que WhatsApp est souvent trop frileux d’introduire.

À retenir: le débat WhatsApp contre Signal porte plus sur l’utilisation qui est faite de nos données personnelles plutôt que sur la sécurité et l’efficacité du cryptage.