Maison Q-ZEN : mode d’emploi
PUBLIREPORTAGE

Maison Q-ZEN : mode d’emploi

À quoi ressemble une maison « quasi zéro énergie » ?

Comme son nom l’indique, une maison Q-ZEN est très peu énergivore. Dotée d’une isolation renforcée et d’une ventilation efficace, ses principales sources d’énergie proviennent de sources renouvelables. Surtout, elle répond à différents critères: 

Un PEB optimal
Une maison Q-ZEN doit nécessairement présenter un niveau de consommation d'énergie primaire (résultat du rapport entre la consommation primaire annuelle totale du bâtiment et celle d'un bâtiment de référence) égal ou inférieur à 45. La consommation spécifique d’énergie primaire (résultat du rapport entre la consommation annuelle d’énergie primaire nécessaire au quotidien et déduction faite de l’énergie apportée par les sources renouvelables et de la surface totale de plancher chauffé)) est, pour sa part, inférieure ou égale à 85 kWh/m² par an.

L’efficacité énergétique
L’efficacité énergétique de l’habitation est calculée sur base du niveau d’isolation thermique global, l’indice K. Ce niveau d’isolation thermique global est déterminé notamment par le calcul des pertes de chaleur cumulées des murs extérieurs, des toitures, des sols et des fenêtres. Plus l’isolation est performante, plus l’indice sera faible. Une maison Q-ZEN a l’obligation de présenter un indice K inférieur ou égal à 35.

Une isolation au top, partout
Si l’isolation thermique globale doit respecter un certain niveau de performance pour répondre aux exigences Q-ZEN, il en va de même pour chaque paroi de déperdition du bâtiment. Autrement dit, chaque paroi de l’habitation doit présenter un degré d’isolation suffisant, représenté par la valeur U qui ne peut dépasser 0,24 W/m²K pour les toits, les murs extérieurs et les sols, 1,50 W/m²K pour les fenêtres et 2 W/m²K pour les portes et portes de garage.

Des systèmes performants
Une maison Q-ZEN doit disposer d’un système de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire performant et intelligent, capable de réguler la température en fonction des besoins du foyer : idéalement, une chaudière de classe énergétique A.

Une protection contre la surchauffe
L’orientation d’une habitation Q-ZEN est un élément crucial à prendre en compte. Une bonne implantation permet de valoriser les apports solaires tout en limitant la surchauffe. L'indicateur de surchauffe doit obligatoirement être situé sous les 6 500 Kh.

Ne pas oublier la ventilation
Dans une maison Q-ZEN, par définition plus isolée et étanche à l’air, il n’est pas conseillé d’ouvrir les fenêtres. Ceci afin d’éviter les déperditions d’énergie. Cependant, le renouvellement de l’air reste nécessaire. Les bâtiments Q-ZEN doivent donc être équipés d’un système de ventilation respectant les normes en vigueur, bien dimensionné et bien réglé.

Des sources d’énergie renouvelable
Dans une maison Q-ZEN, aucune obligation d’installer des systèmes de production d’énergie renouvelable comme les panneaux photovoltaïques ou solaires et autres générateurs comme les pompes à chaleur et les chaudières biomasse. Par contre, il est obligatoire de faire réaliser une étude de faisabilité par un professionnel agréé.