Les gouvernements wallon et de la FWB vont redemander les pouvoirs spéciaux
Pierre-Yves JeholetCrédits: BELGA
CORONAVIRUS

Les gouvernements wallon et de la FWB vont redemander les pouvoirs spéciaux

Le gouvernement wallon ainsi que celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles vont redemander les pouvoirs spéciaux afin de prendre des mesures rapides et efficaces contre le rebond de l’épidémie de coronavirus en Belgique.

Le gouvernement wallon va à nouveau redemander les pouvoirs spéciaux au Parlement de Wallonie, pour un mois renouvelable, afin de pouvoir prendre des mesures rapides face à la résurgence du coronavirus, a-t-on appris jeudi après-midi.

Cette demande sera examinée mercredi prochain en séance plénière du parlement régional.

L’exécutif wallon avait déjà sollicité – et obtenu – les pouvoirs spéciaux le 17 mars dernier pour une période de trois mois. A l’époque, seul le PTB s’était abstenu, estimant notamment que «se passer du travail du parlement n’est pas la voie à suivre».

Cette fois, le cdH – qui avait soutenu la majorité en mars – pourrait lui aussi rechigner. Mercredi, le chef de groupe des humanistes au parlement wallon, François Desquesnes, a ainsi averti que son parti n’accorderait pas de blanc-seing automatique à l’exécutif. «Au printemps, la crise a surpris tout le monde. Ce n’est plus le cas cette fois-ci. Il n’y aura donc pas forcément de blanc-seing de notre part», a-t-il déclaré.

Plus tôt dans la journée, les gouvernements bruxellois et de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont également annoncé qu’ils s’apprêtaient à redemander les pouvoirs spéciaux à leur parlement respectif.

«Pour gérer plus efficacement le rebond», selon la FWB

Réuni jeudi en conseil des ministres, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé de resolliciter les pouvoirs spéciaux auprès du Parlement afin de pouvoir gérer plus efficacement le rebond épidémique, a indiqué le porte-parole du ministre-président.

Le moment exact de ce retour vers les pouvoirs spéciaux n’a toutefois pas encore été déterminé. La mesure doit en effet faire l’objet d’un vote en séance plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Or, selon le calendrier parlementaire actuel, celui-ci n’a pas prévu de se réunir avant le 9 novembre normalement. Une séance extraordinaire pourrait toutefois très bien être convoquée avant cette date.

Le 17 mars dernier, face à la première vague pandémique, le gouvernement arc-en-ciel avait déjà demandé et obtenu pour trois mois les pouvoirs spéciaux afin de pouvoir prendre rapidement une série de décisions, et préparer la rentrée scolaire et académique de septembre.

Cette mesure – alors sans précédent dans l’histoire de l’institution communautaire – avait été approuvée par l’ensemble des députés, majorité comme opposition, à l’exception du PTB qui s’était abstenu.