Couvre-feu, huis clos, supporters: comment la Ligue 1 française s’adapte aux récentes mesures pour endiguer l’épidémie de coronavirus
La rencontre entre Dijon et Rennes avec environ 1 000 spectateurs.Crédits: Photo News
FOOTBALL

Couvre-feu, huis clos, supporters: comment la Ligue 1 française s’adapte aux récentes mesures pour endiguer l’épidémie de coronavirus

Le couvre-feu sanitaire appliqué dans neuf métropoles françaises n’empêchera pas la tenue des matches de Ligue 1, Ligue 2, National, D1 féminine et D1 de futsal, a confirmé samedi la Fédération française de football (FFF), avec un huis clos imposé en cas d’horaires tardifs.

«Le football bénéficiera de certaines dispositions dérogatoires à la mesure de couvre-feu en vigueur à partir de ce samedi et jusqu’au 14 novembre» entre 21 h et 6 h du matin, a écrit la FFF dans un communiqué.

«Les équipes de ces championnats peuvent donc s’entraîner normalement sans restriction d’horaires. Elles peuvent également se déplacer librement sur le territoire pour participer aux matches (tout en remplissant les attestations dérogatoires)», précise la fédération.

Dans certaines métropoles, si le retour des supporters est possible avant 21 h, 1 000 supporters sont autorisés dans le stade. Après 21 h, le huis clos est obligatoire.

Dans les métropoles concernées par le couvre-feu (Île-de-France, Lyon, Lille, Toulouse, Montpellier, Saint-Étienne, Aix-Marseille, Rouen et Grenoble), la jauge de spectateurs dans les stades sera limitée à 1 000 personnes «pour les matches programmés à un horaire permettant un retour à domicile avant 21 h 00» et à «huis clos pour les matches ne le permettant pas», ajoute la FFF.

Les amateurs doivent aussi s’adapter

En revanche, les championnats amateurs vont devoir adapter leur fonctionnement pour se plier à la nouvelle donne. Vendredi, la ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu avait exclu sur FranceInfo une dérogation au couvre-feu pour les sportifs amateurs.

Les horaires des entraînements et des matches amateurs doivent donc être adaptés pour permettre aux participants d’être rentrés à leur domicile avant 21 h 00 et aux équipes visiteuses de quitter la métropole concernée avant 21 h 00. Comme l’avion ou le train, un déplacement en car sera considéré comme faisant partie des modes de transport autorisés pendant les heures de couvre-feu.

De 5 000 supporters à… zéro

Durement ébranlé par l’arrêt anticipé de la saison au printemps face à la pandémie de coronavirus, le football professionnel a progressivement repris en France à partir du mois de juillet, mais avec des jauges réduites dans les stades pour éviter les concentrations de population.

Hors des zones soumises à couvre-feu, les jauges autorisées restent les suivantes, a précisé la FFF: 5 000 personnes (ou plus en cas de dérogation préfectorale) en zone d’alerte, 1 000 personnes en zone d’alerte renforcée, et 1 000 personnes en zone d’alerte maximale et en état d’urgence sanitaire si dérogation du préfet.