Des Namurois aux Mondiaux
Frédérick Hardenne fait partie de l’équipe nationale avec quinze autres traileurs confirmés.Crédits: Amandine Gilson
ULTRA-TRAIL

Des Namurois aux Mondiaux

Les quinze meilleurs ultra-traileurs de Belgique se réuniront à Kasterlee dès samedi à l’occasion de la Big Dogs Backyard.

Ce samedi, dès 6 h 35, quinze Belges s’élanceront sur la Big Dogs Backyard Ultra – Satellite World Championship. En gros, c’est un championnat du Monde de trail, qui se déroulera simultanément dans plusieurs pays. À l’origine de l’épreuve, Lazarus Lake, le créateur de la mythique Barkley, mais également d’une autre épreuve, appelée «The Last Standing Man», le Dernier Homme Debout. «Tous les ans, cette épreuve est organisée au Tennessee. Avec la crise actuelle, Laz a proposé une adaptation de sa compétition. Nous disputerons des Championnats du Monde», précise Frédérick Hardenne, membre de l’équipe nationale belge avec quinze autres traileurs confirmés. Le concept est simple, à quinze, cumuler le plus grand nombre de tours de 6,7 kilomètres, à condition qu’ils soient effectués en moins d’une heure.

Correspondre au plus grand nombre

«Notre boucle fera donc 6,7 kilomètres, comme exigé par l’organisateur. Et c’est à Kasterlee que nous avons décidé de réunir cette équipe belge, composées d’athlètes flamands, d’athlètes wallons, d’hommes et de femmes. Le tracé a été créé pour convenir au plus grand nombre, en suivant les recommandations de chacun. Il y aura 20 mètres de dénivelé positif, et nous emprunterons des sentiers, de la route, des chemins de sable, des chemins étroits. C’est la volonté du groupe», continue celui qui a remporté deux éditions du «Challenge Queen et King». L’équipe belge a été constituée avec les traileurs les plus en forme du moment. Parmi eux, on retrouve donc Frédérick Hardenne, Benoît Badot, un autre Namurois, Sylvain Lejeune, Christophe Lamotte, Wim Bastiaens, Karen Clukers, Joseph De Cock, Yvan De Graef, Merijn Geerts, Jean Fanny, Christian Landresse, Jeremy Munaut, Ivo Steyaert, Nico De Meulder, mais également un certain Karel Sabbe, qui n’est pas n’importe qui. «Nous avons quelques grosses pointures. Karel, par exemple, est l’athlète qui a remporté la dernière Barkley. Il n’a pas été au bout de la course, mais il était le dernier encore en course.»

Pas une individualité, mais un groupe

Pour être sacrée Championne du Monde, la Belgique devra cumuler le plus grand nombre de tours. Ceux-ci seront comptabilisés tant qu’il y a encore deux Belges en course. Dès qu’il n’y en a plus qu’un, la compétition s’arrête pour le pays, et ce dernier devient le Dernier Homme Debout de la Belgique.

Il faudra être fort physiquement, mais surtout mentalement. La course risque d’être longue, très longue, puisque les meilleurs annoncent vouloir tenir 100 heures, soit plus de quatre jours consécutifs! Tout cela à la mi-octobre, avec des nuits plus courtes, plus froides. Les Championnats du Monde, c’est ce samedi, dès 6 h 35, à Kasterlee.