Assemblée de l’ONU: Charles Michel promet une Europe «plus forte et ferme»
Charles Michel.Crédits: AFP
MONDE

Assemblée de l’ONU: Charles Michel promet une Europe «plus forte et ferme»

Le président du Conseil européen, Charles Michel, s’est adressé virtuellement à l’Assemblée générale des Nations Unies, vendredi, tentant de mettre en avant le rôle international que veut occuper l’Union européenne, «un moteur du multilatéralisme et de l’ordre international fondé sur des règles».

Dans une allocution très volontaire, il a aussi formulé une sorte de mise en garde, que l’on imagine entre autres destinée au Royaume-Uni de Boris Johnson: «l’accès à notre grand marché – la deuxième zone économique du monde, et la première en matière de commerce international – ne sera plus bradé», affirme-t-il.

L’accès au marché unique européen, et surtout les conditions que Bruxelles veut y associer pour assurer une concurrence équitable, restent un sujet de discorde dans les négociations en cours pour un accord post-Brexit englobant entre autres les relations commerciales entre UE et Royaume-Uni à partir de 2021. La volonté de Londres de revenir sur certains éléments de l’accord déjà signé, concernant l’Irlande du Nord, a récemment encore compliqué les discussions en entrainant la fureur de Bruxelles.

Charles Michel ne s’est pas privé d’y faire référence vendredi: «Dans le monde d’aujourd’hui, l’abus de la force, militaire mais aussi économique, évince trop souvent l’argumentation et la négociation. Le respect des traités, principe de base du droit international, en vient même à être considéré comme optionnel. Même par ceux qui en étaient il y a peu encore les garants historiques. Tout cela au nom d’intérêts partisans.»

Sur la scène diplomatique, l’UE entend suivre son propre chemin, que ce soit par rapport aux États-Unis, à la Chine, à la Turquie,…, a souligné Charles Michel. Dans la crise du coronavirus, l’Union européenne «a été à la tête de la coopération internationale» pour lever des fonds pour le développement et la future distribution de vaccins, s’est félicité le Belge. L’UE se veut influente, «acteur de paix et de progrès», en se faisant soutien de l’État de droit, des droits humains et du dialogue.

«L’Europe, plus forte et plus ferme, sera à vos côtés pour rendre le monde meilleur et plus juste», a-t-il conclu.