SANTÉ

VIDÉO | Coronavirus: «On est très loin d’avoir atteint l’immunité de groupe», rappelle Sciensano

D’après deux études menées par l’Institut de santé publique, la Belgique est encore loin de l’immunité de groupe tant espérée pour faire face au nouveau coronavirus et ainsi espérer reprendre une vie plus ou moins normale.

+ INFOGRAPHIES | Contaminations, provinces et tranches d’âges : les premières tendances de septembre

Des contaminations et des hospitalisations qui ne cessent d’augmenter, des provinces plus lourdement touchées et des seniors à nouveau impactés: Sciensano a dressé un bilan plutôt sombre des dernières tendances observées en Belgique dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus.

«Le pourcentage de tests positifs est actuellement de 3,2% sur l’entièreté du pays. Il était encore de 2,5%, il y a deux semaines. Ce qui indique donc bien que le virus circule plus et que l’augmentation actuelle du nombre de cas dépistés n’est pas uniquement liée à un dépistage plus intensif, résume d’ailleurs Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral de l’Institut de santé publique. Le seul point positif, c’est qu’il n’y a pas encore d’impact sur le taux de mortalité.»

Bien décidés à rappeler aux Belges l’importance de continuer à respecter les mesures sanitaires en vigueur afin d’endiguer la propagation du virus, les experts de Sciensano, études à l’appui, ont par ailleurs tenu à battre en brèche l’idée selon laquelle l’immunité collective pourrait actuellement nous sortir de l’impasse.

Seulement 5 à 8% de personnes disposant d’anticorps

Selon une première étude, seulement 5% des donneurs de sang (dont des échantillons ont été analysés depuis avril) possèdent des anticorps contre le Covid-19. «Et comme ces donneurs ne sont pas totalement représentatifs de la société (parce qu’ils sont en bonne santé et qu’ils ont entre 18 et 55 ans, NDLR), ce chiffre représente une limite inférieure plutôt qu’une limite supérieure», précise Yves Van Laethem.

«Une seconde étude menée auprès de 850 professionnels de la santé nous montre que 8% d’entre eux possèdent des anticorps, poursuit le porte-parole interfédéral qui nuance encore ses propos. Dans ce groupe de 81 participants disposant d’anticorps, une petite portion seulement (6%, soit 5 personnes) n’affichait aucun symptôme. Ce qui contraste avec d’autres études qui démontrent un plus grand nombre d’asymptomatiques.»

Avec seulement 5 à 8% de personnes disposant d’anticorps, «on est donc très loin d’avoir atteint l’immunité de groupe», conclut Yves Van Laethem pour qui le seuil est plutôt fixé entre 50 et 65%.