BELGIQUE

Doublement des cas de coronavirus en Belgique, hospitalisations en hausse: «Le virus n’a pas changé»

Le centre de crise dresse, ce mercredi, un nouveau bilan de l’épidémie de coronavirus dans notre pays. Un moment important, puisqu’un nouveau Conseil national de sécurité est prévu la semaine prochaine.

Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral, a été le premier à prendre la parole pour détailler les chiffres actuels. «Ils ont une tendance plutôt fâcheuse pour le moment», a-t-il expliqué.

Nouveaux cas

«Nous connaissons un doublement du nombre de nouveaux cas tous les douze jours».

Un triste record parmi les dernières journées est également annoncé, avec 1139 nouveaux cas en une seule journée, le 11 septembre dernier, soit le chiffre le plus élève depuis la mi-juillet

«Toutes les tranches d’âge sont concernées, même si les jeunes dans la vingtaine sont les plus touchés actuellement. On note aussi une augmentation plus sensible chez les 10-19 ans, et aussi chez les plus de 70 ans», détaille encore le porte-parole.

Il insiste également sur la répartition géographique. «Ce n’est pas la même situation qu’en juillet, où c’était plutôt Anvers et Bruxelles qui étaient touchées. Ici le mouvement est plus généralisé et global».

Bruxelles reste devant en nombre absolu, avec 166 nouveaux cas détectés par jour la semaine dernière, suivi par Anvers (160 nouveaux cas). Les deux autres provinces où les chiffres progressent le plus actuellement sont la Flandre orientale (85) et Liège (73).

Doublement des cas de coronavirus en Belgique, hospitalisations en hausse: «Le virus n’a pas changé»
Photo: -

«Certains diront que nous testons plus. C’est vrai qu’actuellement nous tournons autour de 28000 tests par jour en moyenne. Mais les tests positifs tendent à augmenter. On est passé de 2,4 à un bon 3% au niveau national. Avec des pics comme à Bruxelles, où on est à plus de 6% de tests positifs par rapport à l’ensemble de ceux qui sont effectués», précise Yves Van Laethem.

Hospitalisations et décès

«La situation était relativement stable sur le plan des admissions à l’hôpital, mais elle est en augmentation depuis maintenant une dizaine de jours. Nous sommes à une moyenne de 33 admissions par jour contre 21 il y a deux semaines. Hier, nous avons eu 48 admissions, c’est le chiffre le plus élevé depuis la fin mai», annonce le docteur Van Laethem.

Ici aussi, toutes les provinces sont touchées, même si Bruxelles et Anvers sont là aussi plus concernées.

Au niveau des décès, ils sont aussi en légère augmentation actuellement et sont le fruit des autres augmentations, mais sont décalés dans le temps. Les gens sont d’abord contaminés, puis tombent malades, sont hospitalisés et certains finissent par décéder.

«La mortalité va se présenter quelques semaines après la détection des nouveaux cas. On commence à ressentir aujourd’hui les effets de l’augmentation récente des cas», annonce le porte-parole.

«Le virus n’a pas changé»

«Certains confrères médecins suggèrent que le virus serait devenu moins dangereux. Sur le plan virologique, le virus n’a absolument pas changé», a affirmé Yves Van Laethem. «Il reste tout aussi virulent et agressif».

«C’est le même virus qu’en mars-avril, mais le contexte est différent. Aujourd’hui, nous enregistrons plus d’infections bénignes ou relativement bénignes, dans des tranches d’âge plus jeunes et moins fragilisés. Ce qui donne effectivement l’impression que le virus est moins virulent car moins de personnes doivent aller d’emblée en soins intensifs».

«Mais le Covid-19 reste potentiellement pour un tiers de la population une maladie grave. Soit 3,5 millions de personnes en Belgique».

Il rappelle aussi qu’aucun médicament ne permet de traiter les malades au début de l’infection.

Le médecin appelle aussi à «resserrer les boulons» actuels, à faire plus attention aux règles déjà d’application, pour ne pas devoir prendre de nouvelles mesures plus restrictives de nos libertés. «C’est réalisable si nous faisons chacun un effort».