L’agriculture pleine terre bientôt de retour sur le «lambeau agricole» du Zavelenberg
Certains éleveurs profitent déjà des vallons du Zavelenberg pour faire paître leurs ovins.Crédits: ÉdA – Eva SEKER
BERCHEM-SAINTE-AGATHE

L’agriculture pleine terre bientôt de retour sur le «lambeau agricole» du Zavelenberg

Une exploitation agricole modèle va s’implanter sur le site du Zavelenberg, à Berche-Sainte-Agathe. Cet étonnant survivant du passé agricole bruxellois doit revitaliser ce «petit coin de paradis» en face du shopping Basilix.

S’il y a bien un enseignement à tirer de la crise du coronavirus, c’est que nos villes ne sont pas indépendantes en matière de nourriture. Et s’il y a un second enseignement, c’est que les zones vertes bruxelloises doivent être valorisées comme une richesse. Aussi, la volonté de Bruxelles Environnement de redynamiser le Zavelenberg en «espace pilote pour les projets d’agriculture de pleine terre à Bruxelles» peut se lire comme une tentative de réponse à cette double problématique.

On apprend en effet ce 20 août que Bruxelles Environnement recherche une équipe alliant architectes et architectes paysagistes «pour un programme conjoint d’agriculture urbaine et de nature au Zavelenberg». L’administration «souhaite mettre ce véritable petit coin de paradis, caractérisé par un paysage vallonné, des prairies, des haies, un bois et une zone humide, à disposition de nouveaux agriculteurs et maraîchers».

Le Zavelenberg (ou «montagne de sable»), site semi-naturel de Berchem-Sainte-Agathe, était historiquement dédié à l’agriculture. Il se situe le long de l’avenue Charles Quint et de la rue de Termonde. Le précieux site Reflexcity nous apprend en effet qu’une exploitation agricole y a tenu… jusqu’en 2018! Vaches et chevaux y paissaient. L’exploitant habitait rue de Termonde: il disposait d’une convention pour utiliser le site comme pâturage jusqu’en 2020 mais est décédé en 2018. Ce qui est étonnant, c’est que ce site de 16ha se situe juste en face… du Shopping Basilix. Insolite voisinage…

Matériaux durables, alimentation aussi

L’appel à projets diffusé par le Bouwmeester nous apprend qu’un bâtiment agricole va y être construit. Il s’agira donc d’y renouveler avec le passé. Ce bâtiment, modulaire, sera «exemplaire en matière environnementale». Sa construction misera «sur des matériaux issus de la filière de réemploi ou de la réutilisation des matériaux existants sur site». En parallèle, la mission paysagère aménagera la zone en parcelles «dédiées à diverses activités agricoles: élevage d’ovins, maraîchage, fruiticulture». La circulation sur le site sera revue.

Mais le Zavelenberg ne devra pas vivre en vase clôt: il deviendra aussi un «levier de sensibilisation à l’alimentation durable en favorisant la reconnexion des mangeurs bruxellois avec les producteurs». On revient bien ici aux problématiques exacerbées par la crise sanitaire.

Le budget de ce projet est estimé à 868.000 euros. Le lauréat sera connu en janvier 2021, moment où il commencera sa mission.

De la carrière au site protégé

L’agriculture pleine terre bientôt de retour sur le «lambeau agricole» du Zavelenberg
Le Zavelenberg est une survivance du passé agricole bruxellois. Photo: Séverin Malaud

Bruxelles Environnement explique que le Zavelenberg «doit sa topographie accidentée à une carrière de pierre présente dès le Moyen Âge». C’est aussi l’explication la plus plausible du toponyme: les sables de la carrière ont été accumulés pour former une colline.

Une ferme-château carrée y est mentionnée dès 1770 sur la fameuse carte des Pays-Bas autrichiens de Ferraris. Bruxelles Environnement rapporte que cette ferme est attestée dès 1660. «Occupée au XXe siècle par un horticulteur puis par un débit de boisson, elle n’existe plus aujourd’hui». Les racontars mentionnés par l’administration bruxelloise dans sa notice expliquent que «la Société nationale du logement qui avait acheté le Zavelenberg pour y construire 400 logements sociaux, l’aurait fait disparaître en 1955 pour éviter que le site ne soit classé».

«Lambeau agricole»

Ce projet de densification n’a jamais vu la moindre brique mais l’urbanisation du nord de Bruxelles, Berchem et Ganshoren en tête, ont réduit le Zavelenberg à 16ha. Ce «lambeau agricole» est classé en 1989 et racheté en partie par la Région en 1991. Comme expliqué ci-dessus, une exploitation agricole y maintient la pâture jusqu’en 2018.

Le terrain vaut aussi son pesant de cacahuète rayon biodiversité. La faune y est représentée par le lièvre, de nombreux oiseaux et amphibiens. Bruxelles Environnement y recense les seuls exemplaires bruxellois de «la très rare ellébore verte», ainsi que l’ail des ours au printemps. Dans la peupleraie sont signalés anémones Sylvie, jacinthes des bois, fichaires fausse renoncule, gouets tachetés et épipactis. Une quinzaine d’arbres du Zaveleberg sont repris dans l’inventaire des arbres remarquables de la Région.

+ Plus d’info sur le Zavelenberg dans la fiche dédiée du site de Bruxelles Environnement.

Sur l’agriculture urbaine à Bruxelles, lisez aussi

+ PHOTOS | Ils élèvent des brebis à Watermael, histoire de pas rester des moutons

+ VIDÉO & PHOTOS | A Jette, des moutons combattent l’irréductible Renouée du Japon : « Une plante qui a aussi des avantages »

+ PHOTOS & PODCASTS | Élevage urbain : et si vos voisins étaient des moutons ?

+ PHOTOS | À un quart d’heure de Léonard, cueillez vos légumes vous-mêmes