Assistant de direction : une formation résolument tournée vers l’avenir
PUBLIREPORTAGE

Assistant de direction : une formation résolument tournée vers l’avenir

Si la dénomination Assistant de direction peut paraitre un peu obsolète, c’est sans compter avec le besoin des organisations de s’adjoindre des collaborateurs polyvalents, organisés et autonomes. Brève mise en lumière d’une formation aux multiples facettes et résolument moderne.

Qu’on se le dise, derrière l’appellation « Assistant de direction » se cache une formation qui ouvre de nombreux débouchés que ce soit dans les entreprises publiques ou privées, grandes ou petites, nationales ou multinationales, tous domaines d’activités confondus.

« Le métier est en évolution constante et englobe de plus en plus de responsabilités, telles que la gestion de projets ou d’équipes. Il n’est pas rare qu’il permette de progresser et évoluer dans la hiérarchie. Quelques-uns de nos ex- étudiants peuvent se targuer de beaux parcours dans les secteurs de la bancassurance ou des ressources humaines par exemple », explique Béatrice Perrad, coordinatrice pédagogique du bachelier Assistant de Direction à la Haute école de la Province de Namur.

Quelles qualités pour l’assistant de direction ?

Les principales qualités requises ou à développer durant de telles études sont la capacité à trouver des solutions, la flexibilité et la résistance au stress.

« Nous formons des étudiants qui auront un rôle de facilitateur au sein de l’entreprise et devront être en mesure de travailler tant en équipe que de manière autonome sur des projets complets. Il est assez fréquent que l’assistant de direction doive endosser la casquette de responsable des ressources humaines, de communicateur ou encore de Community manager. C’est dire si son horizon professionnel peut être varié » ajoute Béatrice Perrad.

Une formation de couteau suisse…

Le futur assistant de direction devra acquérir des capacités en gestion administrative, financière et marketing ainsi qu’une bonne maîtrise des outils informatiques et de bureautiques. L’étudiant devra développer une excellente connaissance de la langue française, mais également d’autres langues courantes afin de favoriser une communication multilingue.

C’est une formation qui se veut « touche à tout » tout en restant au plus proche du terrain.

… au sein d’une bonne école

La Haute École de la Province de Namur est une structure à taille humaine qui entretient un contact personnel avec les quelque 150 étudiants et étudiantes de la section Assistant de direction.

Durant ce bachelier en 3 ans, les cours sont assurés en petits groupes afin de privilégier une pédagogie participative et une personnalisation du suivi. Séminaires, conférences, visites culturelles, voyages d’immersion linguistique complètent le cursus donné par des professeurs de l’école et quelques professeurs invités issus tout droit du monde de l’entreprise.

Pour goûter plus encore à la réalité de terrain, 2 stages sont prévus. Un premier stage de 4 semaines dans le courant de la 2e année et un stage de 15 semaines en 3e année.

« Nous mettons l’accent sur le savoir-faire et le savoir-être, car notre objectif est de former des étudiants autonomes et responsables, tout à la fois discrets et bons communicateurs, afin qu’ils soient prêts à trouver directement leur place dans le monde de l’entreprise », conclut Béatrice Perrad.

Varié, le programme d’études de la haute école est bien entendu adapté aux attentes des entreprises.

Envie d’en savoir plus sur ces études dans l’air du temps ? Pour obtenir de l’information ou s’inscrire, consultez le site de l’HEPN.