Pollution aux PCB: un bilan environnemental complet sera fait à Obourg
RÉGIONS

Pollution aux PCB: un bilan environnemental complet sera fait à Obourg

La ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier, a annoncé, vendredi, le lancement d’un bilan environnemental complet à Obourg, où des pollutions aux PCB ont été détectées dans des exploitations agricoles. Des mesures concrètes seront mises en place.

La ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier, s’est rendue vendredi à Havré (Mons) pour y rencontrer les instances communales montoises, les riverains, les représentants de la société Comet Sambre et de la fédération du recyclage GO for Circle, dans le cadre d’une alerte à la pollution aux PCB détectée par l’Afsca à Obourg.

La campagne de l’agence fédérale avait mis en évidence la présence de PCB dans de la luzerne et de l’ensilage de maïs destinés à l’alimentation animale. «Il s’agit d’une pollution qui peut comporter des risques si elle devient chronique», a indiqué Céline Tellier. «Nous souhaitons déterminer précisément si cette pollution est récente ou historique et évaluer le risque pour la santé de la population.»

L’Afsca avait découvert la présence de taux trop élevés de polychlorophényles (PCB), une substance toxique, dans des aliments destinés aux bovins à l’engraissement de deux fermes à Obourg (Mons). Les deux champs de production des aliments, du maïs et de la luzerne, sont situés à proximité du broyeur de métaux de l’usine Comet Sambre à Obourg. L’identification d’une pollution aux PCB à Courcelles en 2019 avait conduit l’agence fédérale à lancer une campagne d’évaluation des exploitations agricoles wallonnes situées près de broyeurs de métaux quant aux risques liés aux rejets toxiques.

La ministre Tellier a annoncé la mise en place de plusieurs mesures, vendredi. Un bilan environnemental complet sera réalisé à Obourg, l’ASBL Eco-Impact réalisera deux campagnes de mesures de concentrations en polluants dans des organismes végétaux et dans des œufs produits localement et ce bilan sera complété avec les analyses de l’Afsca. Une étude de la caractérisation des flux entrants dans les broyeurs a, par ailleurs, été lancée afin de pouvoir retirer des flux de déchets entrant dans les broyeurs les produits susceptibles de contenir les polluants concernés.

La première étape des mesures annoncées débutera dans les prochains jours et visera à modéliser le panache de dispersion des poussières provenant de l’usine Comet Sambre ainsi que de la cimenterie Holcim toute proche. L’objectif de cette étape sera de comprendre l’impact global des rejets sur la région concernée.

De son côté, l’entreprise Comet Sambre a indiqué qu’elle «accorde la plus haute importance aux questions de santé publique et met dès à présent à disposition de la Wallonie tant ses résultats d’analyses internes que ses équipes de recherche et développement dans le cadre de l’étude environnementale.»

La Ville de Mons enverra, d’autre part, un toutes boîtes aux riverains situés dans un rayon d’un kilomètre et demi autour du site industriel d’Obourg pour informer sur les principes de précaution et limiter le risque au maximum. Des permanences seront organisées les 16 et 18 juin à 17h à Havré pour répondre aux questions de la population et mettre en place la participation des citoyens aux différents prélèvements environnementaux. Des conseils de prévention santé à l’attention des citoyens ont été mis à jour sur le site web environnement.sante.wallonie.be.