Maud, gagnante belge de Koh-Lanta: «Si j'avais des sponsors, je pourrais être aventurière à vie»
Gagnante de Koh-Lanta l’an dernier, Maud suivra avec attention la finale ce soir (lire aussi page 39).Crédits: -
Télévision

Maud, gagnante belge de Koh-Lanta: «Si j'avais des sponsors, je pourrais être aventurière à vie»

Alors que la finale de Koh-Lanta a lieu ce soir,la gagnante 2019,Maud Bamps, continue de rêver d’expéditions hors normes.

La pandémie de coronavirus l’a forcée à reporter son rêve le plus cher: grimper l’Everest, alors qu’elle avait entamé une préparation physique intense, en mars. «Ce sera pour avril mai 2021 en espérant que mes sponsors me suivent dans l’aventure car je serai sans doute moins sous le feu des projecteurs», regrette Maud Bamps, habitante d’Archennes, qui a remporté 100 000€ lors de la 20e saison de Koh-Lanta, l’an dernier, afin de pouvoir, entre-autres, s’offrir cette ascension.

En attendant l’Everest, c’est vers la Pyramide de Carstensz, point culminant de l’Océanie, situé en Nouvelle-Guinée à 4 884 mètres, que la Grézienne de 51 ans mettrait bien le cap, dans sa quête des «seven summits», c’est-à-dire les sommets montagneux de chacun des sept continents (Asie, Afrique, Amérique du Nord et du Sud, Europe, Antarctique, Océanie). «Il m’en reste quatre à gravir: l’Everest, McKinley, Vinson et la Pyramide de Carstensz», précise cette maman de deux enfants, employée dans une société spécialisée dans l’imagerie médicale.

Si elle avait des sponsors…

Maud attend de voir comment la situation sanitaire va évoluer, mais d’autres obstacles pourraient se dresser sur sa route. «Je pensais partir pour l’Océanie en septembre ou en octobre mais je ne suis pas du tout sûre de pouvoir y arriver. D’abord financièrement parce que ça représente un budget mais aussi professionnellement. Étant donné que nous avons travaillé partiellement, à domicile, ces deux derniers mois, nos employeurs nous ont demandé d’être sur le terrain de septembre à décembre. Après, je dois prendre mes congés donc on verra.»

Quand on lui demande si elle se sent capable de gravir deux sommets en huit mois, elle sourit modestement. «Ça, ce n’est pas un problème. Je serai prête physiquement, je pourrais en faire dix, un tous les trois mois si j’avais des sponsors. Je pourrais être une aventurière à vie!»À bon entendeur…

+ VIDÉO| Nos questions improbables à Maud de Koh-Lanta

+ LIRE AUSSI| «Je vois Naoil aller jusqu’au bout de Koh-Lanta»