Le syndicat chrétien dépose un préavis d’actions dans les magasins H&M
Image d’illustration.Crédits: EPA
CORONAVIRUS

Le syndicat chrétien dépose un préavis d’actions dans les magasins H&M

La CNE a déposé vendredi un préavis d’actions dans les magasins H&M, qui débutera le 25 mai et se terminera fin juin. Le personnel s’oppose notamment à la réouverture des cabines d’essayage, au minimum tant que l’impact de l’ouverture des commerces «non essentiels» sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 n’est pas connu.

La CNE soutiendra les arrêts de travail des travailleurs «qui ne se sentent pas en sécurité dans un magasin si les cabines sont ouvertes ou débordées», prévient le syndicat chrétien.

L’expérience d’autres enseignes montre qu’ouvrir les cabines «n’a aucun impact financier positif pour le moment», argumentent les représentants du personnel. «Par contre, les collègues sont débordés, des files se forment et de nombreux vêtements sont essayés dans les rayons», poursuivent-ils.

«Nous avons déjà de nombreuses nouvelles procédures sanitaires à respecter qui épuisent et stressent les collègues», justifient les représentants des travailleurs, en alertant aussi sur le manque de produits pour désinfecter les cabines.

De son côté, la direction argumente que les clients essaient les vêtements sur la surface de vente. «Du coup, nous ne pouvons pas séparer ceux qui ont été essayés et cela pose un problème de sécurité», réagit Marianne Nerinckx, porte-parole de H&M. Les vêtements rapportés sont quant à eux isolés.

Le syndicat demande également que les clients puissent recevoir des masques ou en acheter à bas prix, afin de mieux protéger le personnel. «Cette mesure doit être discutée au niveau du secteur et pas de l’entreprise», répond la chaîne vestimentaire. La CNE souhaite en outre que la direction lance une campagne pour encourager les clients à porter un masque.

Le syndicat chrétien dénonce enfin le manque de concertation et réclame des négociations afin de limiter l’impact de la crise sur les travailleurs.

Le Seta avait de son côté déposé un préavis d’actions le 20 mai. «Nous ne pouvons utiliser qu’une cabine sur deux et il faut les désinfecter entre chaque client. Les files risquent de remplir tout le magasin», explique la secrétaire permanente Setca, Nectaria Saroglou. «Ce sera compliqué de faire appliquer 30 minutes maximum par client à l’intérieur et de faire respecter la distanciation sociale. Il faut les bras nécessaires, ce qui n’est pas toujours le cas. Nous devons en discuter», conclut-elle.