BELGIQUE

Masque obligatoire, reprise dans les écoles et commerces: voici les phases prévues pour l’après 4 mai

L’épidémie du nouveau coronavirus est entrée dans une nouvelle phase. Il est temps pour la Belgique de préparer le déconfinement. Voici les décisions du Conseil national de sécurité de ce vendredi 24 avril 2020.

(Article mis à jour le 25 avril à 00h35)

«Le virus n’est pas vaincu», a d’abord prévenu Sophie Wilmès en commençant sa conférence de presse. Elle a ensuite remercié toutes les personnes qui ont participé et participent encore à la lutte contre le virus, ainsi qu’aux personnes qui respectent les mesures de confinement et ceux qui ont permis au pays de continuer de tourner.

«Répondre à toutes les questions ne sera pas possible aujourd’hui. Car rien n’est gravé dans le marbre, notamment les échéances. Le planning du déconfinement dépendra de l’évolution de la situation», a poursuivi la Première ministre. «Le processus vers le déconfinement sera progressif, évolutif et non définitif»

Règles à appliquer

La Première ministre a d’abord détaillé les règles générales face au coronavirus. Il y a celles que nous connaissons déjà, mais également une nouvelle concernant le port de masque.

 

Règles toujours d’application:

– Distance de sécurité (1m50 entre les personnes)

– Voir aussi peu de personne que possible (limitation des contacts)

– Gestes barrière (tousser dans son coude, se laver les mains, mouchoirs jetables et restez chez soi si on est malade)

Nouveauté:

Porter un masque sera obligatoire dans les transports en commun (un dispositif couvrant la bouche et le nez suffira à défaut de masque, comme une écharpe) pour toutes les personnes de plus de 12 ans. Cette obligation devra s’appliquer dès l’entrée dans une gare, une station de métro ou à un point d’arrêt de bus. Chaque citoyen recevra au moins une protection en tissu normé et deux filtres.

«Le masque n’est pas une protection en soi et doit être envisagé dans le respect des règles de sécurité et d’hygiène, en l’utilisant de manière rigoureuse», a insisté Mme Wilmès, en citant le lavage des mains avant et après manipulation, le positionnement correct sur le visage ou encore le lavage du masque en tissu à haute température après chaque utilisation.

 

Phases vers le déconfinement

Concernant le déconfinement, la Première ministre a détaillé les phases prévues pour l’atteindre progressivement. Il faudra évidemment tenir compte de l’évolution de la situation à chaque phase pour valider le passage à la suivante. Les dates sont donc des estimations. Beaucoup de points devront être discutés lors de chaque phase.

 

Phase 0: actuellement

 

Celle dans laquelle nous nous trouvons actuellement, en confinement strict.

 

Phase 1A: dès le 4 mai prochain, normalement

 

L’industrie et les entreprises BtoB (celles qui n’ont pas de contact avec des clients, juste du contact entre deux sociétés) peuvent rouvrir, en respectant les règles de distanciation ou des mesures sanitaires spécifiques, même si le télétravail reste la norme.

Les merceries peuvent rouvrir (afin de fournir du tissu pour confectionner des masques par exemple).

Les possibilités d’activité physique sont élargies, en respectant la distanciation. Le sport est à nouveau autorisé en club, à l’air libre, avec deux autres personnes maximum, pour des activités sans contact (exemple: tennis, pêche, golf, kayak, etc.). Pas de cafétéria ouverte dans les clubs, ni douche ou vestiaire. Cet élargissement à trois personnes, vous compris, pour le sport vaut aussi pour les activités en extérieur comme le jogging.

 

Phase 1B: deuxième partie, à partir du 11 mai, normalement

 

Réouverture de tous les magasins sans aucune discrimination. Les conditions précises seront détaillées la semaine prochaine.

Pas encore de réouverture pour les coiffeurs. Ils pourraient rouvrir lors de la phase 2.

 

Phase 2: à partir du 18 mai, normalement

 

Reprise progressive des cours à l’école primaire et secondaire à partir du 18 mai, mais pas pour toutes les classes (6e primaire et 6e secondaire, plus deux autres années à définir pour les primaires et deux pour les secondaires). Les classes seront réduites (10 élèves maximum par classe), avec une présence réduite sur la semaine (pas de cours tous les jours). La Flandre décide de reprendre les cours le 15 mai, pour tester le système. Le port du masque sera obligatoire pour les élèves et membres du personnel.

Les cours dans les écoles maternelles sont toujours suspendus jusqu’à la fin du mois de mai.

Les garderies sont toujours accessibles dans les écoles.

Pour certains commerces impliquant des contacts, comme les coiffeurs, «il sera examiné si et sous quelles conditions les professions impliquant des contacts physiques pourraient reprendre leur activité», a indiqué Sophie Wilmès.

La possibilité de faire des visites dans les musées sera étudiée.

L’autorisation de certaines activités sera également étudiée lors de cette phase: on parle des réunions privées à domicile, la présence d’un plus grand nombre de personnes aux mariages et enterrements, l’élargissement à plus de trois personnes pour le sport ou encore la possibilité de faire des excursions à un autre endroit du pays pour une journée.

Pas encore de réouvertures pour les cafés, dancings, restaurants.

 

Phase 3: au plus tôt le 8 juin

 

Réouverture potentielle et progressive des restaurants, puis plus tard des cafés et bars, sous strictes conditions. On sait déjà que cette phase sera longue et complexe.

La situation des stages d’été, camps scouts, voyages à l’étranger, etc. doit encore être analysée. La décision devrait intervenir fin mai, a précisé la Première ministre. Idem pour les parcs zoologiques et parcs d’attractions.

Les festivals sont interdits jusqu’au 31 août, mais certaines activités de plus petites envergures en plein air pourraient être autorisées. Tout cela devra être discuté en temps utile.

On comprend la prudence qui anime Sophie Wilmès en parlant de cette phase, car tout dépendra de la bonne évolution de la situation épidémique dans notre pays. Les efforts doivent se poursuivre, chacun aura un rôle à jouer dans cette crise.