Maisons de retraite: les morts à Madrid pourraient quintupler le chiffre officiel
Illustration.Crédits: Photo News
ESPAGNE

Maisons de retraite: les morts à Madrid pourraient quintupler le chiffre officiel

Le nombre de décès dus au nouveau coronavirus recensé dans les maisons de retraite de Madrid pourrait être cinq fois supérieur au chiffre officiel, qui ne comptabilise pas près de 3.500 victimes n’ayant pas fait l’objet de tests, ont reconnu mercredi les autorités.

Du 8 mars au 8 avril, 4.750 personnes sont mortes sur les quelque 50.000 résidents de maisons de retraite de la région de Madrid, la plus touchée par l’épidémie en Espagne, a indiqué le porte-parole de la région, Ignacio Aguado lors d’une conférence de presse.

Parmi elles, «781 sont des cas de décès confirmés du Covid et […] 3.479 sont des cas de personnes décédées qui présentaient des symptômes de coronavirus mais n’avaient pas été confirmés à travers un test», a-t-il précisé.

«Les chiffres sont beaucoup plus élevés que pour un mois ordinaire», a reconnu le porte-parole du gouvernement régional alors que la polémique enfle en Espagne sur le nombre de morts faits par l’épidémie, soupçonné d’être sous-estimé.

L’Espagne est le deuxième pays le plus endeuillé au monde, avec 14.555 décès comptabilisés selon le dernier bilan de mercredi, mais le total pourrait en fait être supérieur car seuls ont été pris en compte les défunts ayant été officiellement diagnostiqués positifs au coronavirus.

Cette méthode de calcul exclut de nombreuses personnes décédées alors qu’elles présentaient des symptômes de la maladie mais sans que le test ne soit réalisé, dans un contexte de pénurie de kits de tests.

Au vu des chiffres communiqués par plusieurs régions une partie importante de ces morts non comptabilisés pourraient provenir de maisons de retraite.

La mortalité élevée dans ces établissements, avec parfois des dizaines de décès au même endroit, a suscité l’émoi en Espagne.

Des militaires dépêchés pour désinfecter des maisons de retraite ont découvert dans certains cas «des personnes âgées complètement abandonnées, parfois même mortes dans leur lit», selon la ministre de la Défense Margarita Robles.

Des enquêtes judiciaires ont été ouvertes.