Prolongation du confinement: «Retour à l’école le 20 avril? Prématuré», selon Jeholet
Pierre-Yves Jeholet s’est montré prudent concernant la reprise normale des cours dans les écoles.Crédits: BELGA
BELGIQUE

Prolongation du confinement: «Retour à l’école le 20 avril? Prématuré», selon Jeholet

Le Conseil national de sécurité a décidé de prolonger les mesures de confinement jusqu’au 19 avril prochain. Avec une autre prolongation possible. Ce qui pose notamment question pour les écoliers.

Le confinement est officiellement prolongé jusqu’au 19 avril, fin des vacances de Pâques, a annoncé en conférence de presse la Première ministre Sophie Wilmès.

Mais il est encore trop tôt pour dire aujourd’hui si les élèves reprendront bien les cours ensuite.

«Il est prématuré d’affirmer maintenant que les élèves retrouveront les bancs de l’école le 20 avril», a expliqué Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, au micro de la RTBF.

«On verra en analysant la situation d’ici là comment les choses évoluent. La priorité absolue c’est de protéger la santé des gens. On verra avec un monitoring quotidien s’il est nécessaire de prolonger les mesures. Mais il ne faut pas anticiper», a encore ajouté M. Jeholet.

Quid des examens et de la garderie?

Pour le moment, il est encore aussi trop tôt pour parler du déroulement des examens et épreuves externes, puisque le confinement ne va que jusqu’à Pâques. Le ministre-président a plutôt insisté sur l’importance de maintenir la garderie ouverte dans les écoles durant les deux semaines de congé habituel.

«Il faut permettre à tout le personnel de première ligne de pouvoir faire garder leurs enfants pendant les deux semaines de Pâques», a précisé Pierre-Yves Jeholet. «Sur base des recommandations des experts, nous avons décidé de maintenir le système, tout en essayant de changer le moins possible les contacts, c’est-à-dire que ce soit toujours les mêmes enfants ensemble avec le même personnel encadrant».

«C’est un peu nouveau» reconnait-il, «ce sont les vacances de Pâques, on a tous besoin de souffler et nous vivons tous des moments difficiles, mais il faut être solidaire. Je suis persuadé que les enseignants qui s’occupent des surveillances dans les écoles joueront cette carte de la solidarité et seront encore présents durant ces deux semaines».