Une bande organisée a siphonné des dizaines de milliers de litres sur un pipeline de l’OTAN
Le tuyau qui servait à acheminer le carburant vers les camions est toujours visible depuis le RAVeL.Crédits: EdA - 50497058061
BASÈCLES

Une bande organisée a siphonné des dizaines de milliers de litres sur un pipeline de l’OTAN

Durant deux ans, une bande organisée venue d’Europe de l’Est a volé des dizaines de milliers de litres de kérosène sur un pipeline de l’OTAN.

Les malfaiteurs ont pu sévir durant deux ans avant d’être inquiétés. Le caractère reculé de l’endroit visé, en plein cœur de la campagne basècloise, leur a sans doute permis d’opérer plus discrètement.

L’affaire, révélée par nos confrères de la DH, remonte à l’automne dernier lorsque plusieurs camions ont été interceptés par les forces de l’ordre à Basècles (entité de Beloeil). Le résultat d’un long travail d’investigation.

Il est apparu qu’une bande organisée en provenance d’Europe de l’Est avait pompé illégalement des dizaines de milliers de litres de kérosène au préjudice de l’OTAN.

De vrais professionnels

En utilisant un système de forage, les auteurs ont réussi à percer un pipeline et à le raccorder à une conduite. Le carburant volé était ensuite acheminé vers des camions qui rejoignaient l’autoroute en direction de l’Europe de l’Est.

Une bande organisée a siphonné des dizaines de milliers de litres sur un pipeline de l’OTAN
Photo: EdA
Plusieurs mois après la découverte du trafic, la petite conduite, entourée d’un ruban sur lequel on peut lire «Danger conduite haute pression», est toujours visible le long du RAVeL et de la voie ferrée.

Les usagers de la voie lente, entre les rues du Carme et de Condé peuvent apercevoir le tuyau sortir du sol pour se prolonger au-delà d’une zone boisée.

Dans un premier temps, face aux pertes importantes constatées par l’OTAN sur son pipeline, des recherches ont été effectuées en vue de déceler d’éventuelles fuites.

Le dossier à l’instruction

Une enquête plus approfondie a ensuite permis de découvrir ce vol peu banal et de grande ampleur, dont le préjudice pourrait atteindre des millions d’euros. Les services de police, qui ont pu remonter jusqu’aux malfaiteurs, auraient arrêté au moins deux personnes selon certaines sources.

Le parquet de Mons-Tournai a confirmé l’existence d’un dossier à l’instruction mais à la demande du magistrat instructeur, il s’est refusé à tout commentaire.

Ce n’est pas la première fois que le réseau de pipelines de l’OTAN est la cible de bandes organisées. En 2017, quelque 60 000 litres de kérosène avaient été siphonnés à Glons, dans la province de Liège.