Liège

Manifestation pour la régularisation des sans-papiers à Liège

Plusieurs rassemblements ont eu lieu aux quatre coins de la Belgique mercredi, à l'occasion de la journée internationale des migrants, qui marque l'anniversaire de l'adoption de la Convention internationale du 18 décembre 1990 relative aux droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille.

À Liège, le collectif liégeois de soutien aux sans-papiers avait fixé le rendez-vous place Saint-Paul à 17h00. Près de 300 personnes se sont réunies pour soutenir cette cause. Avant que le cortège ne prenne la route en direction de l'hôtel de ville, plusieurs personnes ont pris la parole donc l'ex-évêque de Liège, Aloïs Jousten. Ce dernier a appelé à l'ouverture envers les sans-papiers, pour que les sans-papiers aient une meilleure expérience dans notre pays et que par conséquent, les choses puissent évoluer.

Après ces allocutions, le cortège, encadré par la police de Liège, s'est formé et a démarré. Dans celui-ci, certains participants en situation d'irrégularité, portaient des pancartes relatant leur expérience comme "je suis plombier, je travaille, pourquoi m'expulser?". Dans leur marche, le groupe scandait, parmi d'autres slogans, "première, deuxième, troisième génération, nous sommes tous des enfants d'immigrés".

À l'hôtel de ville, le bourgmestre Willy Demeyer devait rencontrer le collectif liégeois qui réclamait au collège communal, de proposer une motion de soutien à la régularisation des sans-papiers. S'il ne s'agit pas d'une compétence communale, le but est que les représentants liégeois fassent pression sur leurs partis politiques respectifs pour que cette problématique soit une préoccupation du futur gouvernement.

Cette action symbolique est la première d'une longue série. "D'autres rassemblements devraient avoir lieu d'ici à la formation du nouveau gouvernement, pour que notre voix soit entendue", a expliqué Ingrid Falque, membre du collectif liégeois.