La 5G sera déployée après évaluation sur les plans environnemental et de la santé publique en Wallonie
-Crédits: Reporters/Photoshot
POLITIQUE

La 5G sera déployée après évaluation sur les plans environnemental et de la santé publique en Wallonie

Un groupe d’experts désigné par le gouvernement, comprenant notamment des spécialistes de l’environnement et de la santé, procédera à des évaluations régulières et examinera si les conditions du décret en question doivent être adaptées à terme.

Les nouveaux déploiements technologiques en matière de transmission des données, dont la 5G, se feront après évaluation sur le plan environnemental, de la santé publique, de l’efficacité économique, de la sécurité des données et de respect de la vie privée, est-il écrit dans la déclaration de politique régionale de la coalition PS-MR-Écolo. Le futur gouvernement veillera par ailleurs à la situation des personnes électrosensibles et préservera des lieux protégés des rayonnements non ionisants.

L’évaluation précédant le déploiement de la 5G s’intéressera notamment à l’impact sur la biodiversité et la faune. Elle se basera aussi sur les études existantes qui analysent les incidences sur la santé des populations humaines exposées.

Si la Wallonie doit se doter des technologies les plus modernes et performantes «pour assurer son attrait économique et favoriser la création d’emplois durables dans des secteurs d’avenir», cela ne peut toutefois se réaliser «sans prendre les précautions qui s’imposent», avertissent PS, MR et Écolo.

Respect obligatoire du décret wallon d’a vril 2009

La mise en œuvre de la cinquième génération du standard pour la téléphonie mobile devra ainsi respecter les conditions d’un décret wallon d’avril 2009 relatif à la protection contre les éventuels effets nocifs et nuisances provoqués par les rayonnements non ionisants générés par des antennes GSM, préviennent les trois partis.

Un groupe d’experts désigné par le gouvernement, comprenant notamment des spécialistes de l’environnement et de la santé, procédera à des évaluations régulières et examinera si les conditions du décret en question doivent être adaptées à terme.

Quid du niveau européen?

Au niveau européen, la Wallonie défendra en tous les cas l’adoption d’une norme commune sur l’exposition aux ondes. Elle devra être compatible avec les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le respect du principe de précaution.

En concertation avec les opérateurs télécoms, le gouvernement souhaite éliminer progressivement les zones blanches et ainsi rendre les technologies de télécommunications accessibles à tous. Dans ce cadre, il veillera cependant à la situation particulière des personnes électrosensibles et préservera des lieux protégés des rayonnements non ionisants, afin notamment de soutenir le tourisme naturel, précisent encore les trois partis de la coalition.