Formation wallonne: Di Rupo va tenter d’agencer la note coquelicot et les contributions MR
POLITIQUE

Formation wallonne: Di Rupo va tenter d’agencer la note coquelicot et les contributions MR

Le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot, rédigée par le PS et Écolo, et les contributions MR, a-t-il indiqué à l’issue d’une première réunion exploratoire entre les représentants du PS, d’Écolo et du MR en vue, le cas échéant, de former ensemble un gouvernement en Wallonie.

LIRE + | Note coquelicot : ce qui coince pour le MR

«Nous travaillerons en fonction des textes. Il y a le Coquelicot. Mais on ne peut pas demander à la troisième formation politique (le MR, Ndlr): voilà, il ne reste plus qu’à signer. Il y a des contributions additionnelles. Je vais tenter d’agencer les différents aspects», a indiqué M. Di Rupo en quittant le siège du gouvernement de la Communauté française où se déroulait la réunion du jour.

PS et Écolo ont rédigé, avec la contribution de la société civile, des lignes directrices pour une transition sociale et écologique en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles, qu’ils ont tenté en vain de faire valider par quelques députés extérieurs à leurs formations politiques en vue de former un gouvernement.

Face au refus du PTB et du cdH de les rejoindre, ils se sont tournés vers le MR pour une mission exploratoire pouvant déboucher, le cas échéant, sur des négociations gouvernementales. Attendant un signal depuis 47 jours, le MR a accepté de s’inscrire dans ce processus à la condition que ses propres contributions sur le pouvoir d’achat, la fiscalité, les structures, le budget et l’enseignement puissent être intégrées au travail exploratoire.

Ce rapprochement entre le PS, Écolo et le MR n’est pas évident alors que la méfiance des socialistes et des écologistes est grande vis-à-vis des réformateurs, après une législature et une campagne électorale électriques.

«Il va falloir être capable de faire chacun des pas vers l’autre, compter sur le temps pour créer un climat de confiance», a estimé jeudi M. Di Rupo. C’est l’objectif de cette première phase de discussion, qui se veut exploratoire, permettant une première prise de contact, a-t-il précisé.

Dorénavant, à l’instar du climat qui entoure les travaux des informateurs fédéraux, les discussions en Wallonie seront menées dans la discrétion.