Les Liégeois ont fourni des idées pour leur ville: 15 projets qui déchirent
Une des propositions consiste à instaurer l’éco-pâturage en ville, donc la sollicitation de moutons pour l’entretien des espaces verts.Crédits: ÉdA Hermann
LIÈGE

Les Liégeois ont fourni des idées pour leur ville: 15 projets qui déchirent

Depuis ce lundi, les Liégeois peuvent voter pour les propositions qui leur plaisent, dans le cadre du projet de ville «Liège 2025». Certaines sortent vraiment du lot.

C’est désormais une habitude, à Liège, au début de chaque mandature communale. Un nouveau de projet de ville, cette fois baptisé «Liège 2025», est mis en place avec la collaboration des habitants. Concrètement, depuis avril, les citoyens ont eu la possibilité d’émettre des suggestions et des projets pour le devenir de leur ville, sur le site www.liege2025.be. Depuis ce lundi et jusqu’au 30 juin, des votes peuvent être exprimés et les projets les plus sollicités seront étudiés, pour entrer dans une phase de concrétisation.

Au total, 1 604 idées ont été déposées, dont 527 uniquement dans la catégorie de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire. Beaucoup abordent les questions de mobilité douce, d’aménagements d’espaces verts, de végétalisation. La question du devenir de l’espace Tivoli ou de la présence de la pub en ville reviennent à plusieurs reprises, par exemple.

Il est compliqué d’être exhaustif, évidemment. Mais nous avons passé en revue les projets proposés dans cette seule catégorie et – c’est le moins que l’on puisse écrire -, certains sortent du lot. Soit parce qu’ils ont un caractère original, soit parce qu’ils sont carrément démesurés ou, à l’inverse, d’une simplicité déconcertante.

En voici quelques exemples…

1. LE PROJET DU SIÈCLE : ASSÉCHER LE CANAL DE LA DÉRIVATION POUR LE TRANSFORMER EN UN IMMENSE JARDIN VERDOYANT S’ÉTALANT SUR TOUTE LA LONGUEUR DE LA CITÉ ARDENTE

Voilà une proposition qui a déjà fait jaser à Liège et qui se présente comme «le projet du siècle», rien de moins. Il s’agit de transformer la Dérivation en «vaste oasis verte». N’en déplaise aux amateurs d’aviron qui utilisent l’infrastructure, l’idée consiste ici à «transformer la Dérivation (3,8 km sur 80 m de large) en poumon vert. Liège récupérerait grosso modo 300,000 m2 d’espaces verts supplémentaires soit 1,5 m2 par habitant. Je vous épargne les milliers d’avantages sociétaux, économiques, écologiques, sur la santé et la sécurité qui seraient bénéfiques à la population liégeoise».

Le projet prête peut-être à sourire aujourd’hui. Mais allez savoir, c’est peut-être le début d’une réflexion qui amènera une transformation profonde de cette partie de la ville.

2. ENTERRER LA CIRCULATION

Plusieurs propositions envisagent de renvoyer la circulation automobile en sous-sol pour libérer la ville du trafic. Sont-ils réalisables, techniquement et financièrement? C’est une autre paire de manches. Mais il n’est pas interdit de rêver un peu.

Une circulation de transit enterrée entre le boulevard Piercot et la place des Déportés

Remplacer la dérivation de la Meuse part une liaison autoroutière enterrée entre la E25 à Droixhe et le tunnel de Cointe à Angleur avec la création d’un immense espace vert en surface

Enterrer la voie rapide du Cadran à Burenville pour en faire un espace vert et de mobilité douce + parking de dissuasion autoroute

3. UTILISER LES BERGES DE LA MEUSE

«Donner à Liège un aspect futuriste où les gens pourraient se déplacer via des petits canaux, recréer de petites embarcations fluviales qui grâce aux chevaux pourraient emprunter un chemin de halage.» Nombreux sont les Liégeois qui aimeraient que le fleuve soit mieux valorisé. Mais ce projet-ci, qui propose une réinstauration des chemins de halage, rencontrera sans doute des difficultés de financement.

4. FAIRE EN SORTE QUE TOUS LES QUARTIERS RESSEMBLENT AUX VENNES

C’est une demande qui émane d’un atelier citoyen du quartier de Glain, de l’autre côté de la ville, et qui aimerait que l’on s’inspire des aménagements des Vennes partout ailleurs. Au moins, on a déjà un modèle sur lequel se baser.

5. RÉPARER LES ROUTES ET LES NETTOYER

Voilà un projet qui affiche une belle ambition, mais qui manque un peu de précisions, sans doute. «Réparer les routes et les nettoyer (idem sur Ourgrée, Seraing, Jemeppe)», explique laconiquement son auteur, dans le descriptif.

6. RASER LA CITÉ ADMINISTRATIVE ET DÉDIER CET ESPACE AUX HABITANTS DU CENTRE

Disons-le d’emblée: ce projet est mort-né. D’autant plus que le bâtiment est en cours de rénovation, à grands frais.

7. NE PAS CONTRARIER LES ACTIVITÉS INDUSTRIELLES, ÉCONOMIQUES ET COMMERCIALES PAR DES TAXES EXCESSIVES ET DES MESURES CONTRAIGNANTES ABUSIVES

Voilà une proposition à caractère politique qui ne manquera pas d’interpeller les autorités.

8. UN GRAND PARC DIRECTEMENT DANS L’HYPER-CENTRTE LIÉGEOIS

«Mais alors je ne sais pas du tout où le mettre!», précise d’emblée l’auteur de cette proposition, qui aimerait un Hyde Park ou un Central Park à la liégeoise. Ce bel espace impliquerait une réduction drastique de la présence automobile au centre-ville, sans doute. Et pourquoi pas «carrément rasser un gros pâté de maison (genre tout le quartier Croisiers + Liège 1) pour trouver la place pour un tel parc», suggère-t-il. Sérieusement?

9. SE BAIGNER DANS LA DÉRIVATION

L’auteure de cette proposition relève un paradoxe: les Liégeois sont entourés d’eau mais sont obligés de fuir la ville pour pouvoir trouver un lieu de baignade. À l’instar de ce qui se pratique notamment à Copenhague, pourquoi ne pas créer un lieu de baignade dans la dérivation. «Il suffirait de mieux gérer les rejets d’eaux usées, de rabaisser les quais afin de retrouver un rapport avec l’eau qui nous entoure mais qui nous paraît en même temps inaccessible, de redélimiter les zones accessibles à la voiture pour rendre la ville aux citoyens, aux piétons», écrit l’auteure de la proposition.

10. METTRE TOUT LE CENTRE-VILLE EN PIÉTONNIER

Certaines villes des pays voisins font rêver, lorsqu’on les visite, tant elles sont parvenues à bannir l’automobile de leur centre. Cette proposition est ambitieuse mais laisse rêver. Elle suggère néanmoins un maintien de l’accès aux bus, avec parkings de dissuasion pour les voitures. Signalons néanmoins que l’arrivée du tram impliquera une piétonnisation d’une partie du centre-ville, dans les prochaines années.

11. RÉINVENTER LA FOIRE DE LIÈGE

Attention sujet sensible! L’auteure de la proposition le reconnaît d’ailleurs: «La foire de Liège est une véritable institution, y toucher est presque un sacrilège.» Elle cause pourtant des désagréments en termes de bruit, mobilité, propreté et autres nuisances. La proposition consiste ici à «réduire considérablement l’espace réservé à la foire d’octobre sur le site du Parc d’Avroy», avec des manèges plus modestes, «à taille humaine», voire une répartition des activités en divers endroits de la ville, pour soulager le boulevard.

Une autre proposition aborde la même problématique et intitulée «Déplacement de la foire de Liège et du cirque ailleurs qu’au parc d’Avroy».

12. DES MOUTONS POUR L’ENTRETIEN DES ESPACES VERTS

Un petit air bucolique en ville, voilà une belle suggestion. La proposition consiste à instaurer de l’éco-pâturage en ville, histoire d’entretenir de manière naturelle les espaces verts.

13. DU LILAS ET DES VÉLOS EN FLEUR

«L’idée est de planter des haies de lilas partout en ville et plus particulièrement le long des pistes cyclables», suggère l’auteur de la proposition, en citant Étienne Daho: «Rafales de senteurs, et célestes vapeurs, qui viendront apaiser nos âmes et nos cœurs.»

Dans le même registre, un atelier citoyen d’Outremeuse propose de faire de Liège la capitale de la rose.

14. VOLIÈRE À LA BOVERIE : Y REMETTRE LES OISEAUX

Eh oui, tout simplement. «La volière du parc de la Boverie est restée sans oiseaux! Je souhaite y remettre les oiseaux exotiques qui y étaient si intéressants, si agréables? Pourquoi les avoir enlevés et pour ne pas les remettre?», s’interroge l’auteur de la proposition.

15. PEINDRE EN COULEUR LES BARRIÈRES DU PARC D’AVROY

À côté des grandes ambitions, certaines propositions sont de l’ordre du réalisable. «L’étang du parc d’Avroy est entouré de barrières. Elles sont en métal brut. Cela fait négligé et sale. Ce serait bien de les mettre en couleur: une couleur noire pour métaux par exemple», écrit l’auteur de la proposition.