Assises du Hainaut: «De nombreuses zones d’ombre sur ce dossier»

MONS/SAINT-LÉGER

Assises du Hainaut: «De nombreuses zones d’ombre sur ce dossier»

Photo: BELGA

MONS / SAINT-LÉGER -

Après la lecture de l’acte d’accusation par l’avocat général, ce matin, devant la cour d’assises du Hainaut, la défense a estimé qu’il existait de «nombreuses zones d’ombre» sur le dossier du vol avec violence, commis la nuit, à plusieurs, avec circonstance aggravante de meurtre. Daniel Maroy (84 ans) est mort entre le 22 mars 2014, jour de la première agression, et le 28 mars 2014, nuit au cours de laquelle le feu a été bouté à sa ferme.

Le 29 mars au matin, les pompiers de Mouscron ont découvert un cadavre dans les décombres. Selon les médecins légistes, l’octogénaire était mort avant l’incendie qui s’est produit à la rue du Chien à Saint-Léger (Estaimpuis).

Le 22 mars, il avait été victime, devant chez lui, d’une agression en revenant du magasin où il avait l’habitude de faire ses courses. Mathieu Vancrayenest et Jason Piat, deux gamins du village voisin d’Evregnies, l’ont attaqué pour son argent. Le vieil homme détenait 13 000 euros sur lui. Plus tard dans la nuit, Mohamed et Abdel Madjid Benbouzid, de Roubaix, sont revenus commettre un vol de 6 000 euros dans la ferme. Abdel Madjid a déclaré qu’il avait frappé la victime, endormie dans son fauteuil, avec le manche d’une fourche.

Vendredi matin, son avocat Me Parret a déclaré qu’il existait des zones d’ombre sur la cause et le moment du décès notamment.

Les avocats de la défense ont aussi déploré l’ordonnance de prise de corps mise à exécution, mardi, contre quatre des cinq accusés. Le ministère public avait laissé Mathieu Vancrayenest en liberté en raison de son état de santé. Il est en traitement pour une tumeur au cerveau.

Jeudi, la chambre des mises en accusation à libéré Jordan Deveuldre, accusé uniquement de l’incendie survenu le 28 mars. Les trois autres ont été maintenus en détention, alors qu’ils étaient libres depuis plusieurs années.

LES PLUS LUS