Clarebout à Frameries: Di Antonio retire le permis pour le frigo
Nouvelle victoire pour les riverains: le ministre Di Antonio accepte leur recours contre le permis frigo de Clarebout.Crédits: Ugo PETROPOULOS
FRAMERIES

Clarebout à Frameries: Di Antonio retire le permis pour le frigo

Suite au recours introduit par les riverains, le ministre wallon de l’aménagement du territoire a décidé de retirer le permis octroyé pour la construction d’un frigo sur le site de Clarebout à Frameries

Les mauvaises nouvelles s’enchaînent pour le groupe Clarebout. La semaine dernière, l’intercommunale IDEA décidait de retirer le droit de préférence octroyé au groupe agro-industriel sur 16 ha de terrain sur lesquels il projetait de construire une usine à frites. Clarebout perdait son droit prioritaire pour l’achat de ces terrains, déclarés inadaptés à l’activité que Clarebout les destinait.

+ Clarebout à Frameries : l’IDEA n’en veut plus

Hier, nouveau coup dur: Carlo Di Antonio, ministre de l’aménagement du territoire et candidat aux élections, décidait de retirer le permis octroyé en janvier pour la construction d’un frigo devant permettre de stocker 30 000 palettes de produits finis, rapporte le journal La Province ce matin. Se faisant, le ministre s’est prononcé à l’encontre de son administration, qui avait recalé le recours des riverains contre ce permis.

Le ministre justifie cette décision en estimant que Clarebout avait saucissonné le dossier, demandant d’abord un permis pour des hangars, puis pour le frigo et enfin pour l’usine, évitant ainsi d’étudier l’incidence globale de ces différentes constructions. Le ministre pointe également une erreur de procédure.

De son côté, Clarebout attend de recevoir la notification officielle du ministre pour prendre position. Les travaux du frigo sont déjà bien avancés, la société les ayant entamés dès janvier, dans la foulée de l’obtention de son permis. Elle les a poursuivis malgré le recours des riverains, qui n’était pas suspensif.

On peut donc s’attendre à ce qu’elle analyse toutes les pistes de recours avant d’abandonner. «On a reçu le permis à la mi-janvier. Pour moi, des engagements sont des engagements», a indiqué Jan Poté, responsable communication de Clarebout, à La Province.