VIDÉOS | Les candidats namurois face à nos mots-clés: «Pesticides»
-Crédits: Penny Williams
ÉLECTIONS 2019

VIDÉOS | Les candidats namurois face à nos mots-clés: «Pesticides»

Même chez écolo, on ne parle pas d’interdire les pesticides. Tout est question d’équilibre entre la préservation de l’environnement, la santé et le développement de l’agriculture

AVANT DE LIRE

La preuve par neuf en province de Namur: la campagne déclinée en mots-clés

À l’entame de la campagne électorale, nous avons invité dans notre studio de l’Avenir à Bouge, les têtes de liste MR, PS, cdH, Ecolo, Défi et PTB, pour la Chambre et les deux circonscriptions régionales en province de Namur.

Nous leur avons soumis neuf mots-clés. Il s’agit de neuf mots qui, à nos yeux, portent sens dans le cadre des élections du 26 mai 2019, tant pour le niveau fédéral que régional.

Pour chaque mot dévoilé, un seul candidat avait le droit de s’exprimer pendant une minute maximum, et ce, au terme de 20 secondes de réflexion et de concertation avec les deux autres candidat.e.s de la liste.

Objectif: favoriser au maximum la spontanéité et contraindre les candidats à se concentrer sur l’essentiel.

+ Tous les mots-clés sont regroupés sur www.lavenir.net/lapreuveparneuf

Aujourd’hui: le mot «pesticides»

Réduire l’usage des pesticides, plutôt que les supprimer

Le thème fait plutôt consensus entre les différents partis, avec des nuances. Pierre-Yves Dupuis (Défi) est celui qui tient les propos les plus radicaux, témoignant de son souci de préserver la santé. Le médecin généraliste n’est jamais loin du candidat. Tous les partis sont d’accord pour dire qu’il faut sortir du modèle d’une agriculture par trop intensive, dont les rendements ne reposent que sur la chimie. Pas question pour autant, souligne Sabine Laruelle (MR) de pointer le doigt en direction des agriculteurs, qui ont déjà produit des efforts conséquents pour réduire les quantités de produits phyto-sanitaires sur les cultures. Favoriser l’agro-écologie ou bio, ce sont deux options chères au PTB d’Anouk Vandevoorde et au parti écolo de Georges Gilkinet. De fait, il faut prendre des mesures beaucoup plus fortes pour une alimentation et un environnement plus sains, souligne Eliane Tillieux (PS), tandis que Christophe Bastin (cdH) insiste sur le fait que des actions ont déjà été initiées par le ministre Di Antonio pour protéger les publics sensibles, comme les écoles, des effets possibles des pesticides.

Défi

MR

PTB

Ecolo

PS

cdH

+ Prolongez ces interviews dans L’Avenir Namur, sur tablette, smartphone ou PC