Pairi Daiza Resort: 50 logements au cœur de la terre du froid
Tous les logements offrent une vue sur la faune de la terre du froid: otaries, loups, ours ou daims.Crédits: ÉdA – 401208218444
BRUGELETTE

Pairi Daiza Resort: 50 logements au cœur de la terre du froid

Pairi Daiza présente ses 50 premiers logements. Le parc accueille ses premiers locataires le 22 juin. Les réservations sont déjà lancées.

Le parc animalier Pairi Daiza, qui a célébré son 25e anniversaire ce 11 mai, innove en offrant la possibilité à ses visiteurs de loger au sein de son 8e monde, «The Last Frontier». Le complexe est toujours en cours de construction, mais Éric Domb s’est engagé à accueillir ses premiers locataires le 22 juin.

L’idée de créer des nuitées dans le parc remonte à plusieurs années déjà. «Les différents mondes qui composent le parc sont tous des souvenirs de vacances, indique Éric Domb, le fondateur de Pairi Daiza. C’est lors d’un voyage au Maroc, en 2009, que je me suis dit que j’avais envie de partager mes émotions de la nuit avec les visiteurs.»

Quatre expériences immersives

«The Last Frontier» s’inspire du territoire et des cultures des «Natives», les premières tribus indiennes de Colombie-Britannique. Quatre formules hôtelières seront proposées au public: l’hôtel «The Paddling Bear» composé de 8 chambres doubles, 18 chambres familiales et 4 suites avec vue sur les otaries de Steller; 10 maisons dans le «Native village» avec vue sur le territoire des ours, loups et daims; et 10 «Full Moon Lodges» avec vue sur le territoire des ours et des loups. En tout, ces 50 premières «clés» pourront, à leur capacité maximale, accueillir 250 personnes. Mais cela a un coût: pour l’hôtel, les prix varient entre 359€ (pour deux adultes) et 679€ (2 adultes + 2 enfants) par nuit; 773€ par nuit pour les maisons «Natives» (2 adultes + 2 enfants) et 1 036€ par nuit pour les «Full Moon Lodges» (4 adultes + 2 enfants). Ces derniers logements sont tous équipés d’un sauna.

Dans ces montants sont inclus plusieurs prestations, comme l’accès au parc dès 9h, un parking gratuit, une prise en charge des bagages, ou encore le petit-déjeuner et le repas du soir (avec supplément). «Nous voulons être corrects dans le ratio qualité/prix pour offrir un maximum de possibilités aux locataires, afin qu’ils vivent une expérience exceptionnelle», précise Jean-Jacques Cloquet, le CEO de Pairi Daiza.

«Renforcer la beauté du parc»

Les différents hébergements sont tous empreints d’authenticité. «Nos bâtiments ne sont pas juste fonctionnels et rentables, poursuit Éric Domb. Ils font partie du paysage. Ils ont été conçus pour renforcer la beauté du parc.» Le village «Native» est une reproduction des anciens villages des Indiens de la mer. «Malheureusement, il n’en existe plus aucun en Colombie-Britannique. C’est donc en allant dans les musées que je suis tombé sur des maquettes de ces villages. Les logements vont encore évoluer; nous attendons plusieurs totems, sculptés par les derniers artisans capables de sculpter des troncs de cèdres rouges.» Les pierres des maisons troglodytes, ou «Full Moon Lodges» ont été posées à la main; tout comme les portes circulaires qui apportent une sensation de confort supplémentaire. Dans tous les logements, c’est la pierre et le bois qui ont été privilégiés.

Le complexe a nécessité un investissement financier colossal qui oscille entre 38 et 40 millions d’euros. Les premières réservations sont déjà lancées; les premiers locataires investiront les lieux à partir du 22 juin.