Treize combattants du régime tués par un groupuscule djihadiste à Alep
MONDE

Treize combattants du régime tués par un groupuscule djihadiste à Alep

Treize combattants prorégime ont été tués samedi dans le nord de la Syrie dans une attaque menée par un groupuscule djihadiste lié à Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d’Al-Qaïda), a indiqué l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme (OSDH).

Cette attaque survient après l’annonce par cette ONG de la mort d’au moins 35 soldats et combattants fidèles au régime dans des attaques menées ces dernières 48 heures dans le centre et l’est syrien par le groupe État islamique (EI), une organisation djihadiste rivale du HTS.

Selon l’OSDH, «l’Armée Abou Bakr al-Siddiq liée au HTS a mené à l’aube une attaque contre des barrages et positions des forces prorégime sur les limites occidentales de la ville d’Alep (nord)».

«Des violents combats accompagnés d’un bombardement intense ont suivi et continuent jusqu’à présent. Au moins 13 soldats et combattants loyaux au régime ont péri ainsi que huit djihadistes», a ajouté l’ONG.

L’attaque de samedi a été lancée après un bombardement nocturne à l’artillerie par les forces du régime contre des secteurs à la limite ouest de la province d’Alep aux mains de groupuscules djihadistes liés au HTS et des zones dans le sud et l’est de la province voisine d’Alep, a poursuivi la même source.

La province d’Idleb (nord-ouest), dont le contrôle échappe quasi-totalement au régime, est dominée par Hayat Tahrir al-Cham qui a renforcé en début d’année son emprise sur ce territoire face à des rebelles affaiblis.

Depuis septembre 2018, la province fait l’objet d’un accord négocié par Moscou, allié du régime, et Ankara, qui parraine certains groupes rebelles présents à Idleb, prévoyant la mise en place d’une «zone démilitarisée» séparant les secteurs djihadistes et insurgés des zones gouvernementales attenantes. L’initiative n’a été que partiellement appliquée face au refus des djihadistes de se retirer de cette zone tampon.

Les parties d’Alep contrôlées par le HTS et ses alliés et certains secteurs aux mains des mêmes groupes dans d’autres provinces attenantes à Idleb sont concernées par l’accord.

Le président syrien Bachar al-Assad a appelé à la mise en œuvre de l’accord censé résoudre la situation à Idleb. Cet accord a permis d’éviter une offensive d’envergure de l’armée syrienne.