• C’est sur cette parcelle de 6500m2, dite «le carré des Chardons» à Schaerbeek, que l’école Pistache prévoit d’implanter un bâtiment pour 200 élèves et deux ensembles de 71 appartements et 75 parkings.
SCHAERBEEK

Une école et 71 appartements sur des potagers en intérieur d’îlot à Schaerbeek? Riverains et parents sur des charbons ardents

L’école Pistache veut construire une extension pour 200 élèves sur «le carré des Chardons», à Schaerbeek. Problème: le projet s’assortit de 3 immeubles de logements. Les riverains et usagers des potagers s’y opposent. Le Collège schaerbeekois suit leurs craintes. La commission de concertation a rendu son avis ce 25 février.

MISE A JOUR 25 février 15h

Les riverains qui s’opposent au projet «Chardons» à Schaerbeek peuvent souffler quelque peu: ce dernier a été recalé par le Collège des Bourgmestre et Échevins ce 19 février. Suite à quoi la Commission de concertation de ce 25 février a suivi le même avis et brandi le carton rouge. C’est ce qu’annonce Frédéric Nimal, échevin de l’Urbanisme (DéFi) qui préside cette Commission. «Il reste maintenant à croiser les doigts vu que la délivrance ou le refus de ce permis d’urbanisme est de la compétence du Fonctionnaire délégué de la Région de Bruxelles-Capitale», précise Nimal.

Le projet «Chardons» est soutenu par l’école flamande Pistache, boulevard de Lambermont. Innovante dans son projet pédagogique plurilingue, celle-ci se dit à l’étroit dans ses deux bâtiments actuels. Elle souhaite donc s’étendre sur un terrain en intérieur d’îlot de la rue des Chardons, pas loin de Meiser. Pour financer cette extension destinée à quelque 220 élèves, l’idée du pouvoir organisateur de l’école Pistache est de construire aussi trois immeubles à appartements, pour un total de 71 logements et 75 emplacements de parking. Ces immeubles culmineraient à 4 et 6 étages.

Une école et 71 appartements sur des potagers en intérieur d’îlot à Schaerbeek? Riverains et parents sur des charbons ardents
Le projet financerait l’école par la construction de l’école par celle de 3 immeubles de logements et 75 parkings en sous-sol, dans un quartier déjà dense. Photo: ELD Architechten via Construire Pistache via Facebook

«L’objectif n’est pas de se battre contre une école»

L’idée ne plaît évidemment pas aux riverains. Sur la parcelle de 6500m2, dont le propriétaire est vendeur, sont aujourd’hui plantés des potagers collectifs qui existent «depuis plus de 65 ans», assurent les défenseurs de l’espace vert sur Facebook. De plus, ces derniers craignent un engorgement encore accru de la mobilité dans cette zone délicate, à 200m de la place Meiser. «L’objectif n’est pas de se battre contre une école mais contre le projet immobilier global», précisent les riverains du «carré des Chardons», qui outre une densification de la circulation craignent aussi de voir «dévaluer la valeur des biens immobiliers et modifier la structure des sols, créant des risques d’instabilité et d’effondrement». Sans parler des modifications d’ensoleillement.

Une école et 71 appartements sur des potagers en intérieur d’îlot à Schaerbeek? Riverains et parents sur des charbons ardents
L’ensemble se situerait à 200m de la place Meiser. Photo: ELD Architechten via Construire Pistache via Facebook
Du côté de l’école Pistache et de ses parents, on se veut conciliant. «L’idéalisme ne finance pas les projets», précisent ces derniers sur leur propre page Facebook pour expliquer l’ambition d’ériger des logements. «En tant que parents, nous apprenons à nos enfants qu’il faut partager. Nous sommes donc surpris d’apprendre qu’un petit groupe d’habitants du Carré des Chardons ne souhaite pas partager leur bout de verdure avec notre future école (...). Nous comprenons leurs inquiétudes et même leur réflexe NIMBY, mais nous leur demandons de mener un débat serein qui honore la vérité», plaident ces derniers, qui assurent aussi que seul un quart de la parcelle sera bâti, où les potagers seront intégrés au projet. Leur pétition réunit aujourd’hui plus de 1000 signatures.

500 lettres d’opposition

C’est dans ce cadre tendu que s’est déroulée l’enquête publique, menant à l’avis négatif du Collège de Schaerbeek. Entre le 17 et le 31 janvier, la Commune a reçu «plus de 500 lettres d’opposition, mais également diverses lettres de soutien à l’école». Ce qui n’empêche pas les autorités de «partager l’avis des riverains et de s’opposer également au projet». L’avis défavorable est motivé de 116 points.

«Le Collège ne conteste pas l’utilité de création de nouvelles écoles en région bruxelloise ni la qualité du projet pédagogique de l’école qui aurait souhaité s’installer dans les lieux», nuance Frédéric Nimal, Échevin de l’Urbanisme (DéFi). «Cependant, le Collège doit apprécier un projet dans sa globalité et celui-ci, par la création d’une école et de 71 logements en intérieur d’îlot, déroge à de très nombreuses dispositions urbanistiques et environnementales».

Parmi les arguments avancés, citons la densification très forte de la parcelle, l’imperméabilisation de celle-ci ou les dimensions trop importantes des gabarits projetés. «Le projet présenté est beaucoup trop ambitieux, au surplus pour une zone en intérieur d’îlot. Il n’est pas adéquat pour une telle parcelle et implique d’importants désagréments pour le bâti existant et le quartier dont la quiétude et l’échelle humaine doivent être préservées», plaide la commune de Schaerbeek.

Avec l’avis négatif de la Commission de concertation de ce 25 février, celle-ci a donc donné à deux reprise son point de vue négatif sur le projet. La balle est désormais dans le camp régional, qui se retrouve avec une belle épine de chardon dans le pied.

Une école et 71 appartements sur des potagers en intérieur d’îlot à Schaerbeek? Riverains et parents sur des charbons ardents
Le «carré des Chardons long la voie de chemin de fer à deux pas de Meiser. Il existe peu d’espaces verts de cette dimension dans ce quartier très dense. Photo: Google Street View