L’enquête sur le trafic de visas humanitaires de Melikan Kucam (N-VA) liée à celle sur un trafic d’armes et de drogues à Anvers
Melikan Kucam (conseiller communal N-VA) se trouve derrière les barreaux depuis quatre semaines. Il est soupçonné d’avoir reçu de l’argent pour placer sur la liste des personnes éligibles à un visa humanitaire des membres de la communauté chrétienne assyrienne.Crédits: BELGA/KATLEEN VASTIAU
BELGIQUE

L’enquête sur le trafic de visas humanitaires de Melikan Kucam (N-VA) liée à celle sur un trafic d’armes et de drogues à Anvers

L’enquête sur Melikan Kucam, ce conseiller communal N-VA à Malines suspecté d’avoir facilité la délivrance de visas humanitaires contre d’importantes sommes d’argent, est dérivée de celle sur une vaste organisation criminelle anversoise démantelée mardi.

L’information donnée par la VRT a été confirmée par le parquet d’Anvers. Le conseil communal N-VA de Malines, Melikan Kucam n’est toutefois pas un suspect dans cette plus large enquête.

Melikan Kucam se trouve derrière les barreaux depuis quatre semaines. Il est soupçonné d’avoir reçu de l’argent pour placer sur la liste des personnes éligibles à un visa humanitaire des membres de la communauté chrétienne assyrienne.

La majorité des suspects interpellés mardi dans le cadre d’une enquête sur une organisation criminelle à Anvers, impliquée dans le trafic de drogues et d’armes, le blanchiment d’argent et la corruption, sont Assyriens.

L’avocat de M. Kucam a dit ignorer que l’enquête visant son client était une émanation de cette investigation.

Le policier suspecté de fuites libéré sous conditions

La chambre des mises en accusation d’Anvers a décidé mardi de relâcher sous conditions le policier suspecté de fuites dans l’enquête autour du trafic présumé de visas humanitaires.

Le policier de Diest, qui travaille pour les services centraux de la police fédérale, a été placé sous mandat d’arrêt il y a environ trois semaines pour violation du secret professionnel. La chambre du conseil avait décidé quelques jours plus tard de sa libération sous bracelet électronique mais le parquet avait interjeté appel.

La chambre des mises en accusation a décidé mardi de la libération du policier sous conditions.