Restructuration: la rédaction des Éditions de l'Avenir vote en faveur de la grève
La rédaction des Éditions de l'Avenir a voté en faveur de la grève. Crédits: EdA Jacques DUCHATEAU
Régions

Restructuration: la rédaction des Éditions de l'Avenir vote en faveur de la grève

La rédaction des Éditions de l'Avenir, réunie en assemblée générale ce mardi après-midi, a voté, à l'unanimité, en faveur de la grève. Ce n'est pas la seule mesure qui a été décidée.

Alors qu'on apprenait hier que la direction des Editions de l'Avenir a refusé la demande de l'Association des journalistes professionnels (AJP) d'appliquer la convention de travail des journalistes, dans le cadre du plan de restructuration qui touche le média, les membres de la rédaction se sont réunis ce mardi après-midi en assemblée générale. Plusieurs mesures ont été soumises au vote. Une centaine de journalistes étaient présents. Le principe de faire grève a été voté à la quasi unanimité - moins trois votes «contre» et six abstentions.

Parmi les autres mesures décidées, des «actions collectives» ont notamment été votées à l'unanimité et la motion de défiance envers le directeur des rédactions, Philippe Lawson, a fait l'objet d'un nouveau vote, qui s'est soldé par une quasi unanimité - moins trois abstentions.

«Notre volonté est un retour à la table des négociations avec la direction, en vue de faire appliquer la convention des journalistes dans le cadre des RCC et des départs volontaires,» indique-t-on à l'AJP, qui entend également que la direction revienne à la promesse qui a été faite au personnel de ne pas procéder à des licenciements secs.

En décembre, le personnel et la direction des Editions de l'Avenir se sont accordés sur le départ de 45 équivalents temps plein, sur une base volontaire, dont 31,74 au sein de la rédaction du média.