La FGTB débraye à la FN Herstal à la suite d’un conflit interne
-Crédits: ÉdA
LIÈGE

La FGTB débraye à la FN Herstal à la suite d’un conflit interne

Les ouvriers de la FN Herstal, affiliés à la FGTB, ont débrayé mardi en fin de matinée afin de protester contre les sanctions prises par la direction de l’entreprise d’armement à l’encontre d’un travailleur de l’atelier de montage final, délégué syndical CSC à mi-temps, qui a, physiquement et verbalement, menacé ses collègues de travail.

Le 1er février dernier, un ouvrier de l’atelier montage final a écopé d’un rapport négatif concernant la qualité de son travail. Considérant qu’il s’agissait d’un sabotage de la part de ses collègues, il s’en est pris physiquement à eux avant de proférer de menaces verbales à leur encontre.

Écarté dans la foulée de ces heurts par la direction et sanctionné par un avertissement écrit, le travailleur ne pourra plus exercer son mandat de délégué dans cet atelier, qu’il a finalement réintégré au terme de la procédure diligentée par la direction. Celle-ci estime, sur base de la protection syndicale, ne pouvoir le déplacer dans un autre atelier.

La FGTB considère dès lors que la protection de leurs affiliés n’est pas assurée et réclame toujours le déplacement du travailleur dans un autre atelier. «Si nous étions dans une guerre FGTB/CSC, nous réclamerions son licenciement pour faute grave ce qui n’est pas le cas et ce qui n’est d’ailleurs pas prévu à la FN», assure Gianni Angelucci, président de la délégation FGTB.

Les affiliés au syndicat socialiste ont dès lors décidé d’entamer un mouvement de grève de 24 heures. Le travail reprendra au ralenti jeudi matin. La FGTB sollicite également une position claire de l’administrateur-délégué quant à la décision prise par la direction de maintenir le travailleur au sein de l’atelier montage.