Son parcours, les belles voitures, Nainggolan, le frère Hazard: les confidences d’Émile Mpenza
Émile Mpenza sous le maillot de Manchester City, une image qui appartient au passé.Crédits: EPA
FOOTBALL

Son parcours, les belles voitures, Nainggolan, le frère Hazard: les confidences d’Émile Mpenza

De retour dans le monde du foot belge en qualité de coach chez les jeunes à l’Antwerp, Émile Mpenza s’est livré sur son parcours et quelques autres points.

À l’occasion d’une interview consacrée à la chaîne sportive Eleven Sports, l’ancien Diable rouge passé notamment par Mouscron et le Standard affirme qu’il aurait pu jouer au Real Madrid ou au Barça… s’il n’avait pas été Belge.

«Parce qu’on ne regardait pas les joueurs belges. Aujourd’hui, un joueur belge peut jouer où il veut, mais à notre époque on était un petit pays, on était des petits joueurs, donc on pouvait rien faire de plus que d’espérer jouer à l’étranger.»

L’étranger, le cadet des frangins Mpenza l’a pourtant connu, notamment en Allemagne, et même en Angleterre, sous les maillots de Schalke, Hambourg ou encore Manchester City (avant que le club ne soit repris par l’homme d’affaires emirati Khaldoon Al Mubarak). Mais il avait connu également d’autres destinations plus exotiques telles que le Qatar ou l’Azerbaïdjan.

Pas comme Radja

Mais si Émile Mpenza avait éclaboussé de sa classe les pelouses de plusieurs championnats, il avait aussi rempli à foison les pages people de certains magazines à sensations. De quoi comparer l’ancien Diable à Radja Nainggolan. Sur ce point en tout cas. Mais de cette analogie, Émile n’en veut pas. «Si on regarde Radja et moi, j’ai pas provoqué la presse. Donc, il y a une grosse différence, déjà. Moi, c’est juste que je faisais mon travail sur le terrain et, si j’avais acheté une belle voiture, ça sortait directement en négatif. […] Aujourd’hui, Radja devrait peut-être moins se montrer à la presse avec les phrases qu’il fait à l’extérieur et plus se concentrer sur le football.»

Émile se dit encore impressionné par la progression affichée par Thorgan Hazard depuis son arrivée en Bundesliga: «Mönchengladbach a vraiment fait un bon achat avec ce joueur».

Devenu coach chez les jeunes de l’Antwerp, il a retrouvé le plaisir du foot: «De voir juste le sourire des enfants quand je viens m’entraîner, après il n’y a plus rien qui peut me faire de mal.»