Sélection Télé - Film

Bridget Jones pouponne, bien entourée

La plus maladroite des Anglaises se retrouve avec un bébé et deux papas. Suite et fin de la saga Jones-Darcy.

Marc Darcy et Bridget Jones, tout le monde y a cru, mais c’est fini. À 40 ans passés, voilà donc notre copine Bridget à nouveau célibataire. Entraînée par sa jeune collègue à un festival de musique, la brave fille passe la nuit avec un charmant inconnu, qu’elle abandonne au petit matin. Quelques jours plus tard, elle remet ça avec l’éternel Marc pendant le baptême du petit dernier de sa pote. Suite logique à ces quelques minutes de plaisir, la pauvre fille se retrouve enceinte. Sans avoir la moindre idée de l’identité du père, bien entendu.

Toujours aussi maladroite, et donc attachante, la copine Bridget tente de se dépêtrer de ses classiques bourdes. Elle enchaîne les quiproquos et les grands malaises dont elle seule a le secret, avec la même régularité qu’à trente ans.

Si ce n’était le visage fatigué de Renée Zellweger, on pourrait croire à un remake du premier. Même si ça commence à sentir le réchauffé, c’est toujours un plaisir de retrouver ce produit culturel anglais qui a fait rêver tant de jeunes filles… Ou qui les a fait rire, en tout cas. L’absence de Daniel Clever (inimitable Hugh Grant), permet de faire connaissance avec de nouveaux seconds rôles savoureux. Notamment Emma Thompson, qui joue les gynécologues pince-sans-rire avec son désarmant naturel. De quoi donner un petit coup de frais à ce troisième épisode qui table, comme toutes les suites tardives, sur la nostalgie.

La Une, 20.25